Football -

Ballon d’Or 2013: le trio Cristiano-Messi-Ribéry attendu lundi

Ballon d’Or 2013: le trio Cristiano-Messi-Ribéry attendu lundi

Qui sera couronné?

Cristiano Ronaldo, Lionel Messi et Franck Ribéry, par ordre alphabétique, constitueront, sauf énorme surprise, le trio de postulants au Ballon d’Or 2013 qui sera dévoilé lundi, alors que le lauréat de ce trophée sera connu le 13 janvier.

Le monde du football dans ses grandes largeurs s’accorde pour placer ce trio sur le podium, qui devrait logiquement apparaître, à 14h00 sur les sites Internet du magazine France Football et de la Fédération internationale (Fifa), les co-organisateurs du plus prestigieux trophée individuel de l’année dont Messi est le quadruple tenant du titre (record).

Le collège électoral est formé par les sélectionneurs et les capitaines des équipes nationales, et des journalistes spécialisés, d’après une liste de 23 joueurs publiée le 29 octobre.

L’énorme surprise, ce serait Zlatan Ibrahimovic, meilleur buteur du Championnat de France 2012-2013 (30 buts), grand favori pour le but de l’année (le fameux retourné acrobatique et lointain réussi contre l’Angleterre avec la Suède fin 2012), et qui a marqué les esprits avec son spectaculaire quadruplé pour le PSG contre Anderlecht en Ligue des champions en octobre.

«Il y en a pour qui c’est important, moi cela m’est égal, je n’ai pas besoin de ce trophée pour savoir que je suis le meilleur», a-t-il déjà lancé, dans son style bravache, fin novembre, conscient d’être un outsider aux chances assez minces de figurer dans le top 3.

Messi puis Ribéry...

Les chances de s’immiscer sur le podium paraissent encore plus minimes pour les autres grands noms de 2013, les Gareth Bale (meilleur joueur du Championnat d’Angleterre 2012-2013 et recruté pour environ 100 M EUR par le Real Madrid), Neymar (meilleur joueur de la Coupe des Confédérations remportée par le Brésil), Philipp Lahm (très régulier capitaine du Bayern Munich champion d’Europe) ou Arjen Robben (auteur du but décisif des Bavarois en finale de la Ligue des champions contre Dortmund).

Bref, le podium Cristiano-Messi-Ribéry est incontournable. Le seul suspense réside dans l’ordre du trio, et il s’étirera jusqu’au gala zurichois du 13 janvier.

En attendant, rarement le cheminement vers l’attribution d’un Ballon d’Or aura suscité autant de polémiques et contre-pieds, en plus de l’éternel débat entre les trois critères essentiels: les qualités intrinsèques, les statistiques individuelles, le palmarès. Grosso modo, ces trois critères privilégieraient respectivement Messi, Ronaldo et Ribéry.

Il y eut trois favoris successifs. D’abord Messi: jusqu’à sa blessure en quart de finale aller de C1 le 2 avril, le quadruple Ballon d’Or carburait à l’ordinaire, qui relève de l’extraordinaire, terminant la saison avec 46 buts dans le Championnat d’Espagne. Mais les blessures allaient pourrir son second semestre et donc sérieusement amoindrir ses statistiques.

Puis ce fut le tour de Ribéry, principal moteur d’un Bayern devenu l’incontestable roi d’Europe, avec un fabuleux quadruplé (Championnat et Coupe d’Allemagne, Ligue des champions et Supercoupe d’Europe), et une démonstration au passage contre le grand Barça en demi-finale de C1 (4-0, 3-0). Seule la Supercoupe d’Allemagne a échappé aux Bavarois, avant le Mondial des clubs (11-21 décembre).

... et finalement Ronaldo ?

Ronaldo s’est à son tour positionné comme favori au gré d’un automne exceptionnel, inscrivant but sur but et triplés retentissants. Le Portugais du Real Madrid, qui n’a remporté aucun titre en 2013, a cristallisé les regards, d’abord à son corps défendant, lorsque le président de la Fifa Sepp Blatter l’a brocardé («commandant sur le terrain»), avant d’indiquer qu’il penchait personnellement pour Messi.

Mais CR7 a sans doute aussi bénéficié du subit changement de dates décidé par la Fifa: le vote, qui devait s’arrêter le 15 novembre, a été étendu jusqu’au 29 novembre, ce qui a permis de prendre en compte le fracassant triplé de Ronaldo en barrage retour au Mondial-2014 le 19 novembre (3-2 contre la Suède, après avoir déjà inscrit l’unique but de l’aller).

Cette extension du vote était officiellement due à un «faible nombre de réponses de sélectionneurs, capitaines des équipes nationales et de représentants des médias» reçues, avait expliqué un porte-parole de la Fifa à l’AFP le 20 novembre, précisant que les votes déjà effectués pouvaient être modifiés jusqu’à la nouvelle date de clôture.

C’était l’énième rebondissement. Quel sera le prochain?

Nos dernières videos