Journée internationale du Handicap

Xavier Boquel, vous pouvez l’appeler Abraracourcix

Xavier Boquel joue au mini-foot à Saint-Hubert et au football à Villance. EdA

Leur handicap ne les empêche pas de faire du sport, même au milieu de joueurs plus valides.Et avec succès même. Rencontre avec l'un d'eux, Xavier Boquel, footballeur à Villance.

Xavier Boquel est un joueur de football qui ne joue jamais en manches courtes. Même par 35°. En cause, une malformation au bras et à la main.

Certains le surnomment Jamel. En référence, vous l’avez deviné, à Jamel Debbouze. La main droite en permanence enfoncée dans la poche, l’humoriste franco-marocain a laissé libre court aux rumeurs et spéculations les plus folles durant de longues années, concernant son handicap.

Xavier Boquel, c’est un peu pareil, à la différence près que ce dernier ne plonge pas sa main droite dans sa poche, mais la dissimule dès qu’il peut sous une veste ou un pull, entretenant du même coup un certain mystère, lui aussi.

Son histoire n’a, en réalité, rien à voir avec celle de la vedette de la série «H» et du film «La marche»: Jamel Debouzze s’est fait happer le bras par un train, «Jamel» Boquel, lui, est né avec le syndrome de VACTERL. Soit, concrètement, une malformation au niveau du bras droit. «Mon avant-bras droit est plus court que le gauche et j’ai la main en équerre, en angle droit, avec un doigt en moins», explique-t-il, sans détour.

Ancien basketteur

Ce handicap n’a jamais empêché Xavier Boquel d’assouvir sa passion pour le sport. Il a d’ailleurs touché à tout, ou presque: il joue au football à Villance, au foot en salle à Saint-Hubert ou encore au tennis, l’été. «J’ai également pratiqué le tennis de table à Saint-Hubert. J’étais D4, avant d’arrêter, dit-il. Avant tout ça, j’avais commencé par le basket, à cinq ans, à Saint-Hubert. Sans me vanter, malgré mon problème au bras, je faisais partie des meilleurs marqueurs de l’équipe.»

La page du basket tournée, Xavier Boquel a ouvert celle du football, dans son village, à Arville.

Aujourd’hui, après des passages à Saint-Hubert, Redu et Libin, il évolue à Villance, en P3.

Le premier sous la douche

Son handicap physique, Xavier Boquel le considère surtout comme un handicap mental, voire social. Ses coéquipiers vous le diront : il est toujours le premier à filer sous la douche, la main cachée sous un essuie. Et que le thermomètre affiche -5 ou 35°, vous ne le verrez jamais monter sur un terrain en manches courtes.

« Après les matches, j’ai parfois l’impression qu’on me félicite par pitié. Quand on me dit “bien joué ”, alors que je sais très bien que j’ai joué comme une quiche, je traduis ça comme ça : “Chapeau, avec ton handicap, c’est déjà bien de jouer avec des gens normaux comme nous. ”»

Vous pouvez d’ailleurs l’appeler «Abraracourcix», il ne sera pas vexé. Mieux, il vous lâchera un sourire

Son témoignage complet  et ceux de nombreux autres sportifs moins valides à lire dans L’Avenir de ce mercredi, sur tablette iPadouAndroidet surPC


 

Retour sur ALSPORTS Contactez-nous Facebook ALSPORTS

 


Nos dernières videos