sport -

Stade national : « Beaucoup de mousse mais peu de Grimbergen », ironise André Antoine

Si l’accord sur la construction d’un nouveau stade national sur le parking C du Heysel réjouit certains, d’autres comme André Antoine sont sceptiques.

Le ministre des Sports de la Fédération Wallonie-Bruxelles André Antoine (cdH) a réitéré son scepticisme quant à la concrétisation du projet de stade national à Grimbergen, dont la réalisation a été confirmée lundi par les autorités bruxelloises.

Interrogé lundi soir en commission du Parlement par le député Jean-Luc Crucke (MR) sur une éventuelle implication de la Fédération Wallonie-Bruxelles dans la construction de ce stade national, le ministre n’a pas manqué de tourner à nouveau celui-ci en dérision.

«Je ne veux pas payer pour un faux col. Il y a quatre-vingt-cinq pour cent de mousse et je peine à trouver la Grimbergen...», a répliqué lundi soir M. Antoine, jamais avare d’un bon mot.

Qui va financer ?

Le ministre en veut pour preuve les conclusions de l’étude du consultant Deloitte pour qui le projet n’est pas réalisable sans financement public, a-t-il estimé.

«Or, ni la ville, ni la Région bruxelloise ne veulent financer. (Le club d’Anderlecht attend lui son permis (d’urbanisme) pour construire son troisième anneau (au stade Constant Vanden Stock) mais se dit juste prêt à louer (le nouveau stade)», a-t-il commenté.

«Si j’entends bien, qui paie? Manifestement pas ceux qui décident...», a grincé le ministre.

Devant les députés, M. Antoine a répété n’avoir aucunement été approché pour la réalisation de ce projet, ce qu’il a déploré: «A mon sens, ce dossier aurait dû s’inscrire dans un véritable élan national...», a-t-il conclu.

Un choix coûteux, estiment les FDF

En n'étudiant que le scénario de Grimbergen et en refusant de mener une étude comparative sur la rénovation du stade Roi Baudouin, le gouvernement bruxellois s'entête dans un choix coûteux pour les contribuables, a estimé lundi le député FDF Emmanuel de Bock.

"Le scénario du gouvernement bruxellois représente un scandale financier inadmissible en période de crise qui fera notre risée internationale: le maintien de deux stades à moins d'un kilomètre de distance, 60 millions d'euros investis dans le stade Roi Baudouin en pure perte il y a 15 ans, et un investissement d'au moins 300 millions d'euros dans un nouveau stade alors que tous les exemples étrangers montrent l'indispensable intervention publique...", a commenté le député FDF.

Rénover le Stade Roi Baudouin

Selon Emmanuel De Bock, à Bordeaux et à Nice, la construction des nouveaux stades de l'Euro 2016 qui accueillent des clubs résidents partenaires financiers n'a été possible que par l'intervention des pouvoirs publics qui ont payé 40% de la facture, soit l'équivalent de 120 millions d'euros pour Bruxelles.

Par ailleurs, le tout nouveau stade Allianz Riviera de Nice (35.000 places) qui accueillera des matchs de l'Euro 2016 est un stade trois étoiles comme le Stade Roi Baudouin.

"Il est donc tout à fait possible, contrairement à ce que racontent les décideurs de la Ville, de voir l'actuel Stade Roi Baudouin accueillir l'Euro 2020 moyennant des rénovations moins coûteuses que le scénario construction-démolition", a-t-il ajouté.

La commune de Grimbergen hors-jeu

De son côté la bourgmestre de la commune flamande de Grimbergen, Marleen Mertens (CD&V), a déploré avoir une nouvelle fois été «mise hors-jeu» dans le dossier du nouveau stade national de football, alors qu’il sera implanté sur son territoire.

En effet, le parking C du Heysel, se trouve sur la commune de Grimbergen mais appartient à la Ville de Bruxelles.

Grimbergen, ainsi que la commune voisine de Wemmel, ont réclamé à plusieurs reprises d’être associées aux négociations, en raison de l’impact de l’implantation d’un stade sur la vie de ces communes.

Mme Mertens insiste sur les questions de mobilité, de maintien de l’ordre, de places de stationnement et de drainage du plateau du Heysel.

Pas de piste d'athlétisme

Les différents protagonistes des discussions sur la construction d’un nouveau stade national sur le parking C du Heysel sont tombés d’accord lundi sur l’option de la construction d’une enceinte de 50.000 places (+10.000 rétractables) sans piste d’athlétisme et sans toiture rétractable.


Nos dernières videos