Brabant wallon

Mort de Benoît Lamy : un changement de langue demandé par la défense

Mort de Benoît Lamy : un changement de langue demandé par la défense

-

Accusé d’avoir provoqué la mort du réalisateur Arlonais Benoît Lamy, son compagnon à l’époque des faits demande de comparaître devant une juridiction néerlandophone. La famille de Benoît Lamy, constituée partie civile, n’est pas d’accord.

+ L'ex-compagnon de Benoît Lamy tente de retarder son procès

Le tribunal correctionnel de Nivelles a brièvement ouvert, ce lundi, le dossier portant sur la mort du réalisateur Benoît Lamy. Perceval K, qui était son compagnon en 2008 lorsque le réalisateur est décédé à Braine-l’Alleud, est cité pour coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Mais son avocat a demandé en ouverture de procès que son client comparaisse devant une juridiction néerlandophone. Le ministère public s’y oppose.

L’avocat de la défense a rappelé que la Cour de Cassation avait consacré le droit, pour chaque justiciable, de choisir la langue dans laquelle il est jugé. Et Perceval K., néerlandophone, veut être jugé en néerlandais. La famille de Benoît Lamy, constituée partie civile, n’est pas d’accord: elle demande que la justice avance, les faits datant de 2008.

Le ministère public a indiqué c’était au tribunal d’apprécier l’opportunité d’un changement de langue, pour une bonne administration de la justice et en prenant en compte les circonstances concrètes de la cause.

Le couple formé par le prévenu et la victime vivait depuis des années à Braine-l’Alleud, communiquait en français, les policiers et les experts qui ont travaillé sur l’affaire étaient francophones. Un changement de langue imposerait de traduire toutes les pièces des trois cartons que compte le dossier. Le ministère public s’oppose donc également à la demande du prévenu.

Le tribunal rendra un jugement le 16 décembre.