Consommation -

Le drone bientôt livreur de petits colis

Amazon annonce l’usage prochain de drones pour livrer sa clientèle. Ce n’est pas pour tout de suite et cela ne concerne que les petits colis...

Évoquer les drones, c’est aussi évoquer les combats en Afghanistan où ces appareils guidés à distance sont utilisés à profusion dans des missions de reconnaissance ou de combat. Cependant, depuis près de deux années, leur usage s’étend chaque jour davantage dans la vie civile. Hier, par exemple, le fondateur du géant américain du commerce en ligne Amazon, Jeff Bezos, a annoncé que son entreprise envisageait l’utilisation de minidrones pour acheminer de petits colis chez ses clients... Ce ne sera bien sûr pas pour tout de suite et puis il y aura forcément des limites en terme de charge transportée et de rayon d’action... « Nous pouvons faire livrer un colis pesant jusque 2,3 kg dans un rayon de 16 km autour des entrepôts, principalement en zone urbaine donc », a d’ailleurs déclaré Jeff Bezos sur la chaîne américaine CBS. «Ce qui représente 86% de ce que nous livrons...»

Un marché en forte progression

Les avantages ? «C’est écologique, poursuit le fondateur d’Amazon. C’est bien mieux qu’avec des camions.» Reste à voir justement, ce qu’en pensent les chauffeurs de camions du vendeur en ligne qui ne verront sans doute pas d’un bon œil ce qui est, il faut bien le dire, un concurrent direct. Ce n’est bien sûr pas pour tout de suite, Jeff Bezos évoque la nécessité de procéder à des tests de sécurité et, surtout, d’obtenir les autorisations des autorités américaines de l’aviation.

Amazon n’est bien sûr pas le seul à se pencher sur l’usage des drones. Au Canada, ils sont par exemple utilisés à des fins scientifiques, notamment pour suivre le dégel des glaces ou constituer un des outils pour étudier la migration des baleines, suivre la progression des feux de forêts, évaluer les dégâts sur des lignes électriques après une tempête, aide à la cartographie... En Angleterre, un livreur de pizza a fait le buzz en juin dernier en livrant des pizzas à domicile à l’aide d’un drone. Il s’agissait d’un one-shot, mais le livreur en question comptait bien, à terme, faire un usage plus intensif des avions sans pilote. Même chose au États-Unis où, également en juin dernier, un groupe de jeunes a livré des «burritos» à domicile de la même manière. Bref, les applications sont jugées infinies et ... porteuses d’emploi. Aux Etats Unis, des études ont ainsi montré que l’usage des drones devrait permettre la création de 100 000 emplois d’ici 2025.

Mais actuellement, le créneau porteur de ces petits appareils n’est autre que la photographie et la vidéo de loisir. L’acquisition de tels appareils de loisirs, considérés comme des engins téléguidés, ne pose aucun problème. Un rapide coup d’œil sur le net montre que l’on peut devenir propriétaire d’un tel appareil moyennant une dépense de 350 euros, en moyenne, même si on peut déjà en trouver à un tarif plancher de moins de 100 euros.

Nos dernières videos