POLITIQUE

Une police plus proche du terrain

Une police plus proche du terrain

«Davantage de personnel sur le terrain»: c’est le leitmotiv de la ministre de l’Intérieur. EdA

La réforme de la police se poursuit: l’objectif avoué de la ministre de l’Intérieur est d’avoir «moins de chef et davantage de personnel sur le terrain».

«Moins de chefs, moins de structures, et davantage de personnel sur le terrain» : c’est d’une formule-choc que la ministre de l’Intérieur, Joëlle Milquet, a résumé les deux avant-projets de loi sur «l’optimalisation des services de police», qu’elle a présentés, et qui ont été approuvés jeudi dernier par le gouvernement fédéral, complètent un dispositif qui est passé, notamment, les semaines précédentes, par l’approbation d’autres avant-projets, sur les «gardiens de la paix», et sur les services de sécurité privés (cf. nos éditions du 23 novembre).

«Dans l’opération, plusieurs centaines de postes seront réinjectées dans les services opérationnels et dans les arrondissements», souligne la vice-Première ministre cdH.

L’opération suppose un renforcement du lien entre police fédérale et polices locales : un «comité de coordination de la police intégrée» réunira quatre membres du comité de direction de la police fédérale et des quatre représentants du bureau de la commission permanente de la police locale. Cette nouvelle instance aura notamment pour tâche optimaliser la coordination et la coopération entre les deux niveaux de police.

Au niveau des arrondissements

Une collaboration plus intense et un meilleur appui s’organisent plus aisément lorsque les services de la police fédérale peuvent être mobilisés de manière suffisamment proche des zones de la police locale, des autorités requérantes, des citoyens et de la réalité du terrain, analyse la ministre de l’Intérieur.

Les directions déconcentrées (au niveau des arrondissements judiciaires) de la police fédérale peuvent conclure des «protocoles d’accord» ave les responsables des zones de police. Et puis «la direction générale de la police administrative fédérale dispose, sur le territoire des arrondissements, de services dits “de première ligne ” (police de la route, police des chemins de fer, police aéronautique)» rappelle Joëlle Milquet.

La communication entre la police et la justice doit également s’améliorer : une «plate-forme de concertation» sera mise sur pied au niveau national. Et puis la police s’adapte à la réforme judiciaire : la réorganisation des directions déconcentrées de la police fédérale s’opérera selon la configuration territoriale des dix futurs arrondissements judiciaires.

Cette «correction d’échelle favorisera la réorganisation des directions déconcentrées» de la police fédérale, annonce la ministre de l’Intérieur. Et elle devrait «générer des “ économies d’échelle ” grâce à l’implantation, sur un même lieu, de certains services».

Une police plus efficace, et à moindre coût? Cela ressemble à un rêve, pour une ministre de l’Intérieur!Phi. Le.

Nos dernières videos