Juste un point pour des Spurs à l’accent belge

Vertonghen (num. 5), Dembélé (num. 19) et Chadli (num. 21) se sont démultipliés… mais n’ont pas réussi à s’imposer. AFP

Malgré leur domination, Tottenham et son triode Belges ont dû se contenter du nul face à Man-United, où Fellaini est resté sur le banc (2-2).

/P>

Après la défaite humiliante enregistrée la semaine passée sur le terrain de City (6-0), Tottenham avait à cœur de se racheter face à l’autre représentant de Manchester. Pour laver cet affront à l’occasion de la réception d’United, Villas-Boas avait décidé de modifier considérablement son équipe. Tout profit pour Jan Vertonghen, Moussa Dembele et Nacer Chadli, titularisés de concert dans le onze des Spurs. Une apparition conjointe des trois Belges au coup d’envoi qui ne s’était plus produite depuis le 1er septembre et une défaite à Arsenal. De quoi leur donner un supplément de motivation, et prouver leur complémentarité dans le dispositif du technicien portugais.

Dans leurs styles respectifs, les trois Diables Rouges ont rempli leur mission. Sans pour autant flamber. Ainsi, Nacer Chadli (qui a joué 85 minutes) et Moussa Dembele (qui a participé à l’intégralité de la rencontre) ont fait preuve d’une belle activité et d’un engagement de tous les instants au cœur du milieu des Spurs, sans coup d’éclat pour autant. À l’image d’un Tottenham qui aurait peut-être mérité la victoire au vu de sa domination, mais qui a finalement dû se contenter du nul face à Manchester United (2-2). Avec à la clé, deux nouvelles erreurs défensives dans le chef des Londoniens.

S’il avait été, à juste titre, pointé du doigt lors de la déroute chez les Citizens, Jan Vertonghen n’a rien à se reprocher dans les deux buts encaissés par son équipe. Auteur d’une prestation solide durant 90 minutes, le défenseur belge a cette fois assisté en spectateur aux cadeaux de ses coéquipiers. Car si Tottenham a mené par deux fois, via un coup-franc puissant de Walker (19e ), puis un superbe tir dans la lucarne de Sandro (54e ), il n’a pas su préserver son avantage. Rooney a ainsi profité d’une remise hasardeuse de Walker (32e ), puis d’un penalty consécutif à une faute de Lloris sur Welbeck (57e ), pour s’offrir un doublé et ainsi sauver un point pour son équipe. Un partage qui n’arrange en réalité aucune des deux formations, toujours bloquées en milieu de classement.

Nos dernières videos