À Nantes, une rue grâce à Barbara

«Dans les années 70, il était fréquent que les touristes, plan en main, cherchent la rue de la Grange au loup », raconte Claudette Lebrun. Depuis, elle existe vraiment et une statue de la chanteuse y a pris place.

Seizième anniversaire de la mort de Barbara voici quelques jours. Privilège :à Nantes, la chanteuse a donné naissance à la rue de… la Grange au loup.

/P>

Brel a chanté Amsterdam mais aussi Honfleur, Liège, Varsovie ; Dutronc et Lavoine, Paris ; Nougaro, New York et Toulouse ; Reggiani, Venise ; Daho, Rome ; Mariano, Mexico ; Leforestier, San Franscico ; Charlebois, Montréal…

Tous ces chanteurs ont fait de ces villes un tube, mais ce que Barbara – qui est morte voici tout juste 16 ans – a réussi à Nantes est unique : dans Nantes, chanson déchirante sur la mort de son père incestueux, elle parle du «25, rue de la Grange au loup ». En 1986, la Ville a alors décidé de… rebaptiser un chemin – celui des Landes – de ce nom.

«Dans les années 70, il était fréquent que les touristes, plan en main, cherchent la rue de la Grange au loup, raconte Claudette Lebrun, une Nantaise. Mais cette rue n’existait pas, sauf dans l’imaginaire de Barbara. »

Et si le père de la chanteuse est bien décédé à Nantes le 20 décembre 1959, ce n’est pas dans une chambre d’un numéro 25 de cette rue, qui n’existe pas non plus.

Jeunes filles, gare au loup !

C’est donc le 22 mars 1986 que la plaque de la rue fut dévoilée, en présence de Barbara.

« J’ai eu la chance de la voir, se souvient encore Claudette Lebrun. Elle était venue pour chanter Lily Passion avec Gérard Depardieu. La Ville en a profité pour inaugurer, pas loin du stade de la Beaujoire, cette rue de la Grange au loup. Après un discours de l’adjoint-au-maire, Barbara a dévoilé la plaque. Elle était très émue et derrière ses grosses lunettes noires, on a pu voir des larmes couler. »

Ce jour-là, il fut annoncé que jamais une maison de la rue ne porterait le numéro 25.

«Le prix de l’immobilier a changé la donne, observe néanmoins Claudette Lebrun. Aujourd’hui, un immeuble est sorti de terre. Mais ici, avant, on trouvait la ferme Rincé. »

L’accès y était difficile. Pour y amener la batteuse, il fallait 12 chevaux et bœufs, peut-on lire sur un panneau explicatif. Le père de Barbara habitait là, dans une des dépendances. Et il était «recommandé aux jeunes filles d’éviter le chemin des Landes, car le loup y rodait.»

Dans quelle mesure cette histoire a-t-elle inspiré Barbara ? Une chose de sûre : ce nom de la Grange au loup n’est pas anodin pour la chanteuse : le loup ne peut être que son père…

«Dans Il était un piano noir, ses mémoires, Barbara y révèle l’inceste, rappelle Claudette Lebrun. Elle y a écrit: “ J’ai de plus en plus peur de mon père. Il le sent. Il le sait. J’ai tellement besoin de ma mère, mais comment faire pour lui parler? Et que lui dire? Que je trouve le comportement de mon père bizarre? Je me tais ”.»

Une statue bras dressé

Après la mort de Barbara, pour prolonger ce jour de mars 1986, les habitants de la commune libre de Saint-Joseph de Porterie (Nantes) ont décidé de créer une Allée Barbara.

«Le lotissement des Fauvettes s’étend le long de la Grange au loup, détaille encore Claudette Lebrun. Entre les numéros 9 et 11, il y avait une parcelle. Les propriétaires ont cédé pour le franc symbolique l’espace, pour la création de cette “ Allée Barbara ”.»

Le samedi 9 décembre 2000, plus de six cents personnes assistaient à l’inauguration de ce nouveau chemin. Et aujourd’hui, dans la rue de la Grange au loup, à l’entrée du square, une statue de Barbara bras dressé vers le ciel invite à s’asseoir parmi les fleurs.

De l’autre côté du square, on peut voir sur la façade d’une maison une fresque qui évoque l’interprète de l’aigle noir.

Nos dernières videos