L’euthanasie promise aux mineurs

«Ne banalisons pas l’acte de donner la mort alors que nous sommes faits pour la vie», disent les autorités religieuses. mathom - Fotolia

13 voix contre 4: l’extension de l’euthanasie aux mineurs a été votéeen commission. Mais la polémique subsiste.

Seuls les mineurs faisant face à des souffrances physiques insupportables et inapaisables, en phase terminale, pourront, encadrés par une équipe médicale, et moyennant l’accord parental, bénéficier de l’euthanasie qu’ils auront sollicitée. Les socialistes et les libéraux, francophones et néerlandophones, les Verts, ainsi que la N-VA ont voté en faveur de cette proposition de loi. Les élus cdH, CD&V et Vlaams Belang ont voté contre ce texte corrigé à la faveur d’un consensus avec la N-VA.

Le vote est intervenu à l’issue d’une séance tendue, deux partis de la majorité fédérale, le cdH et le CD&V ne se retrouvant pas dans la proposition soumise à l’examen. Le chef de groupe cdH Francis Delpérée, le sénateur André du Bus (cdH) et la sénatrice CD&V Els Van Hoof ont fait valoir de nouveaux avis d’experts à prendre en compte, car tendant à démontrer la complexité du sujet évoqué, eu égard à la capacité de discernement ou au rôle des parents.

Mme Van Hoof a déposé des amendements visant notamment à prévoir un âge de limite de 15 ans et appuyer la nécessité d’augmenter les moyens accordés aux soins palliatifs.

Francis Delpérée a critiqué la qualité du texte soumis au vote, selon lui, dans un excès de précipitation, un grief rejeté par le président de la Commission de la Justice Alain Courtois. «Il y a un problème de méthode, nous n’avons pas de vision correcte du texte. C’est du ‘brol’, dirait-on à Bruxelles. Cela ne tient pas la route», a renchéri le centriste.

Pourtant, les auteurs avaient lors de cette dernière séance veillé à améliorer la proposition, de manière à confirmer que l’euthanasie de mineurs ne puisse s’opérer qu’en phase terminale. Partie prenante au consensus, la sénatrice N-VA Elke Sleurs a remercié ses collègues pour l’esprit constructif qui a animé les travaux. «Il s’agit d’une bonne proposition qui amènera toute la sécurité nécessaire», a-t-elle assuré.

Le débat, parfois, tendu s’est donc clôturé par un vote de soutien d’une majorité de rechange même si certains parlementaires ont rappelé qu’en l’espèce chacun votait «en son âme et conscience». Des critiques visant l’objectivité de la Commission d’évaluation de la loi sur l’euthanasie, énoncées par Els Van Hoof, ont été jugées «très graves» par Zakia Khattabi (Écolo) et Philippe Mahoux (PS), ce dernier regrettant qu’on jette ainsi l’opprobre sur cette proposition de loi dont il partage la paternité.

Le texte doit à présent être examiné en séance plénière.

Nos dernières videos