Le terme « taxe pique-nique » désigne les taxes indirectes grevant le prix des produits jetables. Entrées en vigueur le 1er juillet 2007, elles grèvent quatre catégories de produits : sacs en plastique non biodégradables (3 €/kilo sauf ceux qui sont réutilisables) ; ustensiles jetables en plastique (3,60 €/kilo assiettes, fourchettes, cuillères et gobelets) ; films alimentaires (2,70 €/kilo) et papier aluminium (4,50 €/kilo).

Cette taxe s’ajoute à celle sur les emballages de boissons (à usage unique et réutilisable) existant depuis 2004. Ces trois derniers exercices fiscaux, cette cotisation environnementale a permis d’engranger les recettes fiscales suivantes  : 14,85 millions € en 2010, 12,36 millions en 2011 et 13,58 en 2012.

Service payant pour commerçant

Pour les petits commerces, aussi bien alimentaires que de vêtements, les marchandises vendues sont encore souvent mises dans un sac en plastique, la plupart du temps sans surcoût. L’utilisation de tels sacs a un coût pour les petits commerces mais est considérée comme un service supplémentaire offert au consommateur. Le Syndicat neutre pour indépendants (SNI) conseille aux commerçants de faire fabriquer des sacs réutilisables qu’ils pourraient vendre pour un prix limité. Bon pour l’environnement, mais également pour le portefeuille du commerçant qui devra acheter moins ou plus du tout de sacs en plastique.

D.W.

Nos dernières videos