Trouver l’argument financier pour convaincre

Trouver l’argument financier pour convaincre

vache laitière de l'année; aassociation wallonne de l'élevage AWE EdA

La protection de l’environnement comme argument de vente des aliments pour élevage de bovins ? « Ça ne marchera jamais !, dit un délégué d’une firme qui fournit des éleveurs viandeux et laitiers.

L’agriculteur, ce qui lui parle d’abord c’est la rentabilité de son exploitation. » Et une image de marque plus verte, cela ne l’intéresse pas non plus ? « Peut-être pour des produits de niche », juge Benoît Georges du SPW Agriculture. Mais, et c’est bien normal dans un secteur déjà sous pression, l’argument financier prime.

D’ailleurs si, il y a quelques années, la laiterie Campina avait convaincu certains agriculteurs de changer l’alimentation de leurs vaches laitières, c’est en leur proposant une prime : l’agriculteur s’engageait à nourrir toute l’année son cheptel avec des aliments plus riche en omega 3 en échange de quelques centimes de plus au litre de lait produit. La laiterie, elle, rentabilisait son investissement en valorisant l’argument santé de l’omega 3 dans sa politique marketing.

Plus difficile de valoriser financièrement la vache qui pète plus vert? En France, la société Valorex tente le coup. Le fabricant d’aliments pour animaux s’est associé avec un label de produits à «vocation santé» et a signé une convention avec plus de 500 agriculteurs. Ceux-ci s’engagent à réduire leur GES (et à acheter des aliments Valorex) et reçoivent par tonne de CO2 économisée un bon d’achat de 100 € chez des vendeurs de matériel agricole. Un marché gagnant pour tous. Y compris le vendeur de matériel qui se constitue à moindre frais un fichier de clients qu’il sait déjà être plus susceptible d’être intéressés par des produits plus respectueux de l’environnement (lampes éco, systèmes à énergie solaire, etc.)

A.W.