Rédaction de L’Avenir : « Une charte protège notre ligne éditoriale »

Depuis l’annonce du rachat des Éditions de l’Avenir (ÉdA) par Tecteo, la question de l’indépendance de la rédaction n’en finit pas d’être soulevée.

Lundi, les organisations représentant la rédaction – Société des rédacteurs (SDR) et Association des journalistes professionnels (AJP) – ont réagi.

« Nous défendrons, comme nous l’avons toujours fait, la souveraineté de la rédaction et le respect de la ligne éditoriale, gages d’une information de qualité au bénéfice des lecteurs.»

Gage de cette information de qualité, la signature, en 2007, d’une charte garantissant l’indépendance de la rédaction.

«Elle avait fait l’objet d’un accord entre la SDR, la délégation AJP et les CEO et administrateurs délégués des ÉdA et de Corelio. Lors des récentes négociations, Tecteo a pris connaissance de cette charte et en a accepté les termes. Ce document sera rapidement soumis à la signature du nouvel actionnaire.»

Cette charte stipule notamment que «les médias des ÉdA sont indépendants de tous les pouvoirs, des organisations politiques et des groupes de pression. Ils n’agissent ni au service d’une idéologie, ni d’un parti, ni d’un syndicat ou d’un mouvement ou association, ni d’une puissance financière, ni d’un groupe en particulier.»

La SDR et l’AJP annoncent aussi rester très attentifs au possible rapprochement entre Tecteo et le groupe IPM (La Libre, La Dernière Heure).

Libre et DH : « Nous resterons indépendantes »

Autre réaction, celle, commune, de la Société des rédacteurs de La Libre Belgique et de la rédaction de La Dernière Heure, à qui il paraît «nécessaire de rappeler que tant la rédaction de La Libre que celle de La DH sont, et resteront, indépendantes . Elles rejettent et rejetteront toute intervention ou pression extérieure sur le contenu rédactionnel de leur titre respectif, qu’elle soit d’origine politique, économique, sociale ou autre».

La SDR de La Libre et la rédaction de la DH se disent également «conscientes de la rigueur du climat économique général, et des difficultés de la presse écrite en particulier. Ils veulent néanmoins croire que l’actionnariat recomposé d’IPM donnera aux titres du groupe, dont La Libre et la DH, les moyens humains et financiers conformes aux ambitions affichées.»

Nos dernières videos