Football

Mercato : Fellaini a évacué le stress vécu lundi jusqu’à minuit

Mercato : Fellaini a évacué le stress vécu lundi jusqu’à minuit

Fellaini a stressé lundi... Belga

«Felli», comme l’appelle David Moyes admet avoir stressé lundi soir.Il voulait «absolument» partir, pour jouerle titre et la C1.

Marouane, on imagine que les dernières minutes du mercato vous ont stressé, lundi…

Oui, il y a eu un peu de stress mais c’est évacué. Là je récupère un peu de tout ça. Le mercato, c’est toujours comme ça. J’avais déjà vécu la même chose les autres fois mais David Moyes n’avait jamais voulu me laisser partir d’Everton.

Moyes était-il resté en contact avec vous depuis son passage chez les Mancuniens ?

Euh… non.

La presse britannique parle d’un bonus de 4 millions de Livres que vous auriez laissé tomber en quittant les Toffees, vous confirmez ?

J’ai laissé tomber un bonus, c’est vrai. Mais les montants restent privés. Everton tenait à moi mais je voulais absolument partir. J’ai même été trouver le nouveau manager, lundi, pour le convaincre de me laisser partir.

À quelle heure avez-vous finalement paraphé votre passage à Manchester United ?

À 23h59. On avait un peu peur que le fax n’arrive pas à temps mais tout le staff de ManU était autour de moi pour me rassurer.

Ce transfert-ci prend encore une autre dimension qu’en 2008, quand vous aviez quitté le Standard.

Oui, ça s’était fait très tard aussi mais ça aurait été moins grave si on avait loupé le coche. J’étais plus jeune, j’avais tous mes amis au Standard où je ne jouais jamais que depuis deux ans. Ici, en cinq ans, j’avais tout vu avec Everton.

Devenir Red Devil, c’est un pas énorme dans votre carrière. Qu’est-ce que ça change pour vous ?

Moi, en tout cas, je ne changerai pas. Là je vais encore progresser en m’entraînant avec des super-joueurs, en jouant devant 80 000 personnes. Avec Everton, on a toujours joué de bons matches à Old Trafford. On y a réussi un 4-4 historique, j’y ai inscrit un but. J’ai aussi marqué deux fois à domicile contre United. Ce qui change, c’est que je pourrai enfin viser le titre en Premier league et jouer la Champions league. Jusqu’ici j’avais dû me contenter de ses tours préliminaires.

Les perspectives avec les Diables, c’est le Mondial brésilien. Pour cela il serait bon de battre des Écossais que vous connaissez bien…

La moitié des Écossais joue en Premier league. Ils ont cette mentalité britannique de ne jamais rien lâcher. On ne doit surtout pas les sous-estimer. Je connais forcément Naismith qui joue à Everton, mais aussi leur attaquant Fletcher (NDLR : il n’est pas sélectionné pour vendredi) de ManU ou encore Snodgrass.¦

Nos dernières videos