C’était la Belle Époque

Par leur vitalité artistique et littéraire, leurs progrès scientifiques, techniques et technologiques, les années 1890-1914 forment la Belle Époque à laquelle Jacqueline Lalouette consacre un Dictionnaire de curiosités.

Ce temps voit la naissance de la carte postale, des rayons X, des trottoirs roulants ou du Tour de France, l’apparition du tango, de l’Esperanto ou du bal des Quat’zarts. Les pubs pour le Bébé Cadum, le Bibendum ou le Kub (bouillon de Maggi) font sensation, de même que celles utilisant l’image du Nègre pour vanter les mérites du café ou du chocolat. Les succès du moment sont L’Aiglon d’Edmond Rostand, Ubu de Jarry ou les Ballets russes de Diaghilev avec Nijinski. Le pétomane, boulanger marseillais doté d’un anus élastique pouvant interpréter des airs connus, fait un tabac, de même que Zigomar, héros de romans feuilletons, ou les Pieds Nickelés. En 1896, renaissent les Jeux Olympiques à Athènes et le 4 mai 1897, le Bazar de la Charité prend feu à cause du cinématographe voisin. Le 10 mars 1906, une explosion de grisou à Courrières provoque la mort de plus de 1000 mineurs et la Joconde est volée le 22 août 1911.¦ M.P.

Jacqueline Lalouette, «La France de la Belle Époque», Taillandier, 286 p., 19,50 €.