Juillet et août ont été exceptionnels pour le tourisme wallon. Mais le ministre Furlan assure que la météo n’est pas la seule responsable.

La grimpe du mercure dans les thermomètres conjuguée à un soleil généreux en juillet et août: et voilà le secteur touristique wallon qui affiche un large sourire.

Juillet et août ont soulagé le secteur qui faisait grise mine après un printemps grincheux. Chiffres à l’appui, le ministre wallon du Tourisme, Paul Furlan confirme l’embellie (NDLR: lire les détails ci-contre). «C’est une bonne nouvelle pour un secteur qui pèse de manière importante sur l’économie wallonne puisqu’il représente 5 % du PIB et plus de 60 000 emplois.»

Faut-il croiser les doigts et espérer une météo aussi clémente en 2014? Le ministre soutient que les conditions climatiques ne sont pas uniquement responsables de l’embellie. «Les voyages en groupe se réservent souvent trois mois à l’avance. Et on ne sait pas le temps qu’il fera lors de la réservation.» Selon le ministre, la politique mise en place porterait ses fruits.

Trois axes ont été développés: le tourisme vert, culturel et d’affaires. «Parfois on nous questionne sur les 500 000 € que nous investissons dans les festivals. Mais, lorsqu’on interroge le secteur Horeca, il cite ce type d’événements.» Le Hainaut aurait particulièrement bien profité de cet été. «Avec la perspective de Mons 2015, les lacs de l’Eau d’Heure, la reconnaissance par l’Unesco des marches folkloriques…»

La Formule 1 comme moteur

La Wallonie sort - enfin – de sa coquille et se vendrait mieux. «Il faut promouvoir les événements qui ont une image forte. Spa-Francorchamps est notre moteur. On va aussi avoir Mons 2015 et le bicentenaire de Waterloo qui draine un public anglo-saxon.» Ces événements sont les «trois piliers» du tourisme wallon. «Avec Spa-Francorchamps, on n’avait pas capitalisé l’image de la Wallonie. On ne le fait que depuis l’année dernière. On a pu diffuser un film de 1 minute en mondiovision, vous imaginez l’impact que ça peut avoir.»