ROYAUTé -

"Notre fille s’appelle Delphine ": le documentaire-choc se dévoile

"Notre fille s’appelle Delphine ": le documentaire-choc se dévoile

La petite Delphine dans les bras de sa maman : « Normalement, une naissance est un événement heureux. Pour moi, c’était une catastrophe ».

Vier

Ce sera l’événement télévisuel de la rentrée en Belgique. La semaine prochaine le documentaire «Notre fille s’appelle Delphine» sera diffusé sur la Vier (3 & 10 septembre) et sur RTL TVI (4 & 11 septembre). La mère de Delphine s’explique devant les caméras. Quels seront les moments forts de ce reportage? Les infos commencent à filtrer.

Des mots, des photos. Les mots, ce seront ceux de Sybille de Sélys de Longchamps, la mère de Delphine. Les photos, ce sont celles qu’elle montrera à la caméra. Des photos pour prouver sa bonne foi, raconter son aventure avec le roi Albert. Parce qu’elle veut «rétablir la vérité».

Ce matin, Paris Match diffuse déjà quelques phrases clés du documentaire. Sur l’accouchement par exemple. «Je devais accoucher et j’avais menti à propos de la date, parce que je ne voulais pas que mon mari soit présent à l’accouchement. Juste avant, je me suis confiée à une bonne amie. Je lui ai demandé d’appeler Albert directement après. Normalement, une naissance est un événement heureux. Pour moi, c’était une catastrophe  ».

Et après, quelles ont été les relations d’Albert avec Delphine ? «Est-ce qu’il était gentil avec elle ? Absolument. Il était très gentil avec elle et il se souciait d’elle». Sybille de Sélys ajoute qu’Albert a souvent séjourné avec elle et sa fille dans une maison louée à Knokke.

Dans la bande-annonce du documentaire de Vier postée ci-dessous, on voit plusieurs clichés où Sybille de Sélys veut donner à voir son histoire avec Albert. Ensemble sur un bateau, «en famille» avec Delphine...

Enfin, même si ce documentaire fera office d’événement, il faut souligner que contrairement à certains « argumentaires de vente », ce n’est pas la première fois que la mère de Delphine s’exprime, elle l’a fait à plusieurs reprises lors d’interviews accordées à la presse écrite. Et cela depuis 1999. Mais la force de l’image animée donne à ce documentaire un côté exclusif qui risque d’affoler l’audimat.

Nos dernières videos