FORMULE 1

Greenpeace perturbe le GP de Belgique de F1

Greenpeace a mené plusieurs actions ce dimanche à Spa-Francorchamps. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'association s'est montré plus efficace que les services de sécurité.

Les militants dénoncent la politique d’exploitation pétrolière prônée en Arctique par Shell, sponsor principal de la course, a indiqué l’organisation de protection de l’environnement.

Un groupe d’activistes est parvenu tout d'abord à se rendre sur le toit de la tribune principale, en face de l’espace VIP, afin de déployer une banderole avec l’inscription: «Artic Oil? Shell No!» En outre, juste avant la course, deux activistes, munis d’une bannière, ont survolé le circuit en parapente.

Plus tard dans l'après-midi, les militants ont réussi à manifester leur mécontentement sur le podium du Grand Prix de Belgique.

Par ces actions, «Greenpeace entend protester contre la politique catastrophique de Shell en Arctique. La compagnie pétrolière a en effet investi 5 milliards de dollars pour forer en Alaska mais a déjà connu quelques gros ratés qui ne l’ont cependant pas découragée. Shell a d’ailleurs récemment signé un contrat avec Vladimir Poutine et Gazprom pour opérer en Arctique russe, une région où la réglementation est laxiste et les accidents monnaie courante», indique l’organisation.

«Nous disputons actuellement la course de notre vie contre Shell, une entreprise qui voit la fonte de l’Arctique comme une occasion de faire des affaires et non pas comme un avertissement environnemental», conclut Kumi Naidoo, directeur de Greenpeace International.