Le CO2, un débouché pour l’industrie

C’est sur le site de Dormagen, en Allemagne, que Bayer va implanter son unité de production.

euroluftbild.de/Hans Blossey

Transformer le CO2 en produits commerciaux. Un fameux défi industriel. Sérieux débouchés en perspective. Bayer va en faire des plastiques.

La première application prévue, ce sera pour la fabrication de matelas. Mais la mousse de polyuréthane flexible que, dès 2015, le géant allemand Bayer compte produire à partir de CO2 pourrait être utilisée dans de nombreuses applications quotidiennes. On retrouve en effet ce type de mousses dans le rembourrage de meubles, les pièces automobiles, les équipements de réfrigération, l’isolation, etc.

Ces mousses polyuréthane, jusqu’ici, sont fabriquées à partir de combustibles fossiles. Les produire en partie à base de CO2 serait tout bénéfice pour l’environnement, en plus d’être un formidable moteur d’image de marque pour la multinationale.

Les tests menés par Bayer dans la phase d’expérimentation qui a duré deux ans démontrent que cette mousse innovante atteint un niveau de qualité au moins aussi élevé que le matériau conventionnel. Selon l’entreprise, les calculs démontrent que le nouveau processus exige moins d’énergie sur son cycle de vie, et émet donc aussi moins de CO2 . «Cela signifie que ce procédé a du sens non seulement d’un point de vue écologique, mais aussi économique.»

Production de rêve

«Il est encore trop tôt pour dire combien de pétrole exactement peut être épargné en utilisant le CO2 comme matière première chimique, précise notre interlocuteur chez Bayer. Cela dépend avant tout de la quantité de CO2 qui sera contenue dans le plastique, ce qui peut varier d’un produit à l’autre. Cela dépendra également de l’extension de ce processus innovant dans les années qui viennent. Pour l’industrie chimique, un aspect important est la préservation des ressources, et le CO2 est une alternative au pétrole en tant que matière première.»

La phase de test du projet – joliment baptisée Dream production – débouche néanmoins sur du concret puisque Bayer va maintenant construire une unité de production toute neuve sur le site de Dormagen, en Allemagne, et que celle-ci aura «une capacité de plusieurs milliers de tonnes». Cette unité devrait être pleinement opérationnelle dans le courant 2015.

Bayer est très actif dans les recherches en rapport avec l’utilisation du CO2 en général, et partenaire de plusieurs projets subsidiés par la Commission européenne ou le gouvernement allemand. L’objectif de la multinationale est de réduire ses émissions de gaz à effet de serre (directes et indirectes, par tonne de produit vendu) de 35 % entre 2005 et 2020. Ses recherches se poursuivent logiquement pour l’utilisation de «polyols» contenant du CO2 dans d’autres types d’applications polyuréthane. Car ces plastiques sont utilisés dans bon nombre d’industries, avec une grande variété de textures et de duretés, que ce soit pour des colles, des peintures, des élastomères ou des fibres synthétiques.