plan éolien

Nouvelle carte éolienne : zoomez sur toutes les zones

Nouvelle carte éolienne : zoomez sur toutes les zones

La carte du potentiel éolien a été actualisée en fonction des consultations. L’enquête publique, la vraie, commence en septembre AFP

La carte du potentiel éolien a été actualisée en fonction des consultations. L’enquête publique, la vraie, commence en septembre.

+ Nouvelle carte d'implantation des éoliennes: découvrez les nouvelles zones ici

Le plan éolien va bientôt connaître une nouvelle étape  : le gouvernement wallon est en mesure d’organiser l’enquête publique auprès des citoyens (45 jours) et des communes wallonnes (60 jours). À partir de la seconde quinzaine du mois de septembre, le processus pourra être engagé.

«En novembre, nous disposerons de tous les avis. J’espère que l’ensemble pourra être adopté encore en décembre», évalue le ministre wallon de l’Environnement Philippe Henry (Écolo).

La cartographie globale a déjà été revue. Elle sera adaptée à l’échelle communale d’ici septembre.

Bientôt un zoom sur les lots

L’enquête publique est obligatoire. Mais le cabinet du ministre vient déjà de boucler une première tournée de consultations facultatives dans chaque province : 134 communes y ont participé et 145 ont rendu un avis. « C’est essentiel : le plan éolien doit être soutenu, les communes et les citoyens doivent se l’approprier. Nous avons tenu compte des avis rendus. C’est ce qui a entraîné les premières modifications», expose Philippe Henry.

Parmi les avis, il y avait notamment cette demande d’une information plus détaillée que celle offerte par la première carte du potentiel de développement éolien. Ce sera fait dès septembre : les communes recevront la grande carte de Wallonie avec le dessin des lots et des zones favorables, une carte pour chaque lot les concernant, une carte à l’échelle communale et une fiche technique.

Un site internet «grand public» est aussi attendu pour septembre. Il permettra aux citoyens de «zoomer» sur leur zone pour en savoir plus. Utile pour l’enquête publique. «C’est un élément de transparence et de pédagogie pour chacun», résume le ministre wallon.

30 % de zones en moins

Ceci dit, la carte actuelle vient déjà d’être revue une première fois en fonction des révisions à la baisse  : on passe de 52 000 hectares du territoire wallon concerné par l’implantation possible de mats éoliens à 37 000 hectares. Soit 30 % de territoire en moins. Même si l’ampleur de la révision ne saute pas aux yeux sur la carte.

On l’a dit, les objectifs de production électrique éolienne ont aussi réduit leur voilure  : on passe de 4 500 GWh à 3 800 GWh d’ici 2020 (pour un objectif global de production «énergies renouvelables» maintenu à 8 000 GWh). Enfin, la distance minimale entre l’habitation et le mat passe de 450 à 600 mètres . C’est donc la prise en compte des avis préalables qui justifient toutes ces modifications.

«On diminue fortement le nombre de zones exploitables, mais pas le nombre de mats (715 mats d’ici 2020, pour 270 en activité en 2013, NDLR). Quant aux zones, des dérogations sont envisageables. Mais elles doivent impérativement respecter le cadre de référence éolien», insiste Philippe Henry.

Ce cadre légal défini en février dernier actualise les conditions d’implantation qui étaient en vigueur depuis 2002. « Les critères d’implantation sont plus stricts que dans le cadre de 2002», rappelle-t-il. Mais en attendant l’adoption définitive du plan éolien, les demandes de permis introduites par les promoteurs éoliens restent régies par l’ancien cadre légal. D’où l’intérêt de ne pas laisser traîner le dossier.

Enfin, des inquiétudes persistent sur les nuisances sonores et visuelles. Le Conseil d’État a d’ailleurs fait savoir que le cadre de référence était insuffisant pour régir les normes de bruit éolien. « Le problème, c’est la méthode de mesure du bruit », note Philippe Henry. Il reste donc du travail à faire à ce niveau. Le gouvernement a opté pour une norme de 40 dB en conditions estivales de production et de 43 dB en conditions hivernales. Un point à soigner tout particulièrement.