monde -

Bébé royal : Kate a été admise à la maternité (direct vidéo)

Royal baby: Kate Middleton a été admise à la maternité. L'information a été confirmée par le palais.

+ Les paris s’affolent à l’approche de la naissance, «c’est incroyable»
+ Dix infos, parfois étonnantes, que vous ignorez peut-être
+ William et Kate ne font pas ce qu’ils veulent...
+ Kate a «quelque chose de très spécial»

+ Suivez ce qu'il se passe devant l'hôpital en direct vidéo ci-dessous

Kate, enceinte de son premier enfant qui sera propulsé troisième dans l'ordre de succession au trône d'Angleterre, a été admise ce lundi matin à la maternité de St Mary à Londres, a annoncé le palais de Kensington.

"Le travail (d'accouchement) en est à son début, après son admission" à St Mary "vers 6h (5h GMT) ce matin", a déclaré le palais dans un communiqué. La jeune femme âgée de 31 ans est arrivée en voiture depuis le palais de Kensington, accompagnée de son époux, le prince William, qui avait fait savoir qu'il souhaitait être au côté de sa femme pour la naissance.

Le Premier ministre, David Cameron, a été l'un des premiers à féliciter le couple: "c'est un événement très excitant que tout le pays partage".

"On attend", s'est contenté d'indiquer le prince Charles et futur grand-père, en visite à York, dans le nord de l'Angleterre.

Selon des sources officielles, le palais ne communiquera plus qu'une fois que le bébé sera né. La duchesse de Cambridge, nom officiel de Kate, doit être assistée des plus grands spécialistes, dont l'actuel gynécologue de la reine, Alan Farthing.

Cette naissance suscite un immense intérêt de la part des médias du monde entier, qui campaient depuis trois semaines devant la maternité, faute de date précise pour le terme. Le palais avait simplement indiqué que le terme était pour mi-juillet.

200 journalistes attendent

Près de 200 journalistes, dont certains paraissaient bien fatigués, se trouvaient sur le trottoir en face de l'aile Lindo, extension privée de l'hôpital public, pour enchaîner les directs en rangs d'oignon, interviewer les confrères, interroger les passants et surtout l'inévitable poignée de partisans de la monarchie.

"Je n'ai jamais été aussi excité. J'ai l'impression d'être dans une machine à laver", explique l'un des inconditionnels, John Loughry, qui a dormi sur place et ne s'est "plus lavé les cheveux" depuis sept jours dans l'attente de l'heureuse nouvelle.

"Je reste, même si ça doit durer deux jours de plus, je serai le dernier à partir", ajoute-t-il, alors que les journalistes font la queue pour l'interviewer sous un soleil de plomb.

Suivez ce qu'il se passe devant l'hôpital en direct

Nos dernières videos