CYClISME - Tour de Wallonie

Sprint royal pour Boonen !

Sprint royal pour Boonen !

Boonen a devancé Farrar au sprint. « C’est vraiment bon pour le moral », a reconnu le Campinois.

Belga

L’ex-champion du monde a décroché sa 1re victoire de la saison, hier, à Engis, où Kolobnev, vainqueur samedi, a conservé son maillot jaune.

Le Tour de Wallonie se félicitait d’avoir un plateau de premier choix et cela s’est confirmé lors des deux premières étapes. Avec le succès, samedi, au sommet de la côte du Kerhweg, à Eupen, du double vice-champion du monde Alexandre Kolobnev, et, hier, celle de Tom Boonen en personne! Sans oublier le fait que Stijn Devolder a été le grand animateur, samedi, de l’étape reine, en créant l’échappée décisive, partie à vingt bornes de l’arrivée, en compagnie de Kolobnev, Bérard, Thurau et Geslin. Mais le champion de Belgique a commis une erreur en lançant son sprint de trop loin, en pleine côte. «Je pensais que cette arrivée était plate, après avoir regardé le livre de route», s’était plaint Devolder, à l’arrivée, râlant sec de passer à côté de la victoire. Mais aussi de ses chances de victoire finale. Car s’il a fait une bonne opération au classement général avec cette échappée qui s’est aménagé 24 secondes sur le peloton, il pointe déjà, par le jeu des bonifications (et les 7 qu’il a perdues au sprint), à 18 secondes du Russe. «Et comme ce Tour de Wallonie n’est pas très dur, ce sera compliqué, même si la condition est bonne», terminait-il.

Son ton, déçu et amer, contrastait beaucoup avec celui plus enjoué de Tom Boonen, vainqueur sur le fil, hier, à Engis, où il a devancé de justesse l’Américain Tyler Farrar. «Je suis vraiment content», souffle celui qui avait chanté la Brabançonne, au départ, à Verviers, et qui avait arboré toute la journée un drapeau tricolore sur la cuisse pour la fête nationale et le nouveau Roi.

«J’avais dit que je voulais refaire des sprints et je m’impose, c’est parfait. Surtout qu’il s’agit de ma vraie première victoire de la saison. J’ai gagné une kermesse (NDLR : à Heist-op-Den-Berg), cette année, mais ma vraie première victoire, c’est ici. L’équipe m’a idéalement placé et j’ai pris le train de Tyler Farrar. J’ai été un peu enfermé par Hunter, mais j’ai su passer, et je gagne dans les derniers mètres. C’est vraiment bien pour la tête, pour le moral.»

Car après un début de saison gâché par des ennuis à répétition, Boonen veut briller lors des derniers mois de compétition. «J’ai encore des objectifs et je veux bien terminer l’année afin de bien enchaîner avec 2014», termine-t-il. «J’avais pris la décision de ne pas faire le Tour de France afin de préparer les belles dernières courses. Comme Hambourg, Plouay, mais aussi le Championnat du Monde du contre-la-montre par équipe, que je veux gagner à nouveau.»

Par contre, Boonen, qui ne fera pas la Vuelta, n’est pas certain de prendre part au Mondial sur route. Il pourrait à nouveau tenter sa chance, aujourd’hui, entre Beaufays et Bastogne, si le peloton arrive groupé dans la dernière ligne droite, car il faudra se farcir le Mur Saint-Roch, à Houffalize, à vingt bornes du but. Une côte que le maillot jaune Kolobnev veut aborder en côte. « Je ne suis pas un coureur de courses par étape, plus un coureur de course d’un jour, mais ce maillot de leader, je veux le garder», prévient le Russe, qui a pris soin, hier, de prendre une seconde de bonification lors du dernier sprint intermédiaire.

Nos dernières videos