football - Préparation

Un Standard B plutôt efficace

Un Standard B plutôt efficace

Les deux équipes alignées au coup d’envoi.

ÉdA

Virton   3Standard   5

En inscrivant un doublé, assorti d’un assist, hier contre les Rouches, Mathieu Cornet s’est rappelé au bon souvenir d’un Standard dont il a porté les couleurs chez les jeunes, avant de transiter par le GBA, Tongres ou encore Givry. Mais cela n’a pas suffi aux Virtonais pour vaincre une formation liégeoise qui, comme prévu, n’alignait pas les joueurs titularisés en coupe d’Europe jeudi.

Parce que ce Standard B, sans Ciman mais avec le régional de l’étape Moris, Bulot et bien évidemment le revenant De Camargo en figures de proue, s’est montré diablement efficace à défaut de prendre un réel ascendant dans le jeu. Sur une demi-douzaine d’occasions réelles, les hommes de Guy Luzon en ont exploité cinq, les deux premières portant la griffe du Belgo-Brésilien qui a quitté le jeu sous des applaudissements nourris peu après l’heure.

C’est aussi à ce moment que les Rouches ont fait la différence, inscrivant, par Nagai et Biton, deux buts en l’espace de six minutes. Lesquels n’ont toutefois pas mis fin au suspense dès lors que l’Excelsior, avec un Croizet en verve en fin de match, eut le grand mérite de livrer un beau baroud d’honneur qui lui permit de réduire l’écart puis de passer tout près de l’égalisation quand Hubert, qui venait de remplacer Moris, empêcha Cornet de réussir le coup du chapeau. Mais c’est toutefois Nagai, auteur d’une bonne entrée, qui eut le dernier mot lorsqu’il loba astucieusement Hurbain dans les ultimes instants de cette partie attrayante dans l’ensemble même si son rythme fut évidemment contrarié par l’étouffante chaleur qui régnait sur le stade Yvan Georges.

Comme contre Bruges il y a deux ans, les Virtonais ont donc concédé cinq buts, mais leur réplique, consistante à plus d’un titre, apparaît de bon augure à deux semaines des trois coups en championnat. Même si, bien sûr, il reste à peaufiner pas mal d’automatismes. En défense notamment, où Defays a modifié son quatuor pour chacun des matches jusqu’ici, comme en attaque, le secteur le plus sérieusement relifté durant l’entre-saison. Ces quelques manquements empêchent pour l’heure l’Excelsior de laisser cette impression de mécanique bien huilée qu’il affichait la saison passée, mais avec du temps et du travail, les qualités individuelles des renforts gaumais devraient bénéficier d’un terrain d’expression plus favorable.

Nos dernières videos