On en mange à notre insu

Si la saucisse de Francfort a cette couleur, c’est grâce aux insectes.

Printemps – Fotolia

Nous sommes réticents à l’idée de manger des insectes, pourtant, nous en consommons déjà ! Certaines petites bestioles se trouvent en effet dans notre alimentation, à notre insu.

Des fragments se retrouvent dans certains chocolats, dans du jus de fruit, des brocolis, du beurre de cacahuètes ou encore dans des pâtes et des nouilles. Vous vérifiez sans doute à l’instant l’étiquette de ces produits mais ne cherchez pas plus longtemps. Vous ne trouverez pas la dénomination « insectes » mais plutôt « E120 » par exemple qui est un colorant de cochenille. Il permet notamment de donner sa couleur à la saucisse de Francfort et à certains Orangina. Mais pas de panique. Seul un certain pourcentage de fragments est toléré, environ 103 germes par gramme.

Il n’existe pour l’instant pas encore de législation adéquate en matière de commercialisation et d’élevages d’insectes destinés à la consommation humaine. Dans les prochains mois interviendra une autorisation européenne au niveau de l’utilisation d’insectes destinés à l’alimentation. L’Union Européenne a même débloqué 3 millions d’euros pour les insectes en tant que sources de protéines alimentaires. Elle aussi croit en l’avenir de cette nouvelle sorte d’alimentation.

A.L.

Nos dernières videos