ATHLétisme - Championnats de Belgique

Kevin, meilleur Européen de l’année !

Kevin, meilleur Européen de l’année !

Kevin Borlée a remporté le 400 m devant son frère cadet Dylan, ce dernier validant ainsi son ticket dans le relais

Belga

Kevin Borlée a signé un très bon 44.73. Il est le 5e performeur 2013 sur 400m. Dylan, l’autre frère, continue à épater son monde.

Après le tour de chauffe de samedi, les finales de ce dimanche aux Championnats de Belgique, courues sous la canicule, ont accouché d’un spectacle grandiose au stade Roi Baudouin. Le bal avait été ouvert de manière aussi grandiose qu’inattendue par la jeune Axelle Dauwens, qui avait fini son 400 m haies en 55.96, synonyme de ticket pour les Mondiaux de Moscou (10-18 août). «Je suis ravie mais pas surprise», dira la jeune fille de 22 ans.

Cette belle surprise augurait d’une suite royale. Elle prit forme en finale du 400 m, point d’orgue de ce «National». Brillant vainqueur sur 200 m, Jonathan Borlée n’en était pas. Mais on n’eut pas à se contenter d’un Kevin divin puisque, Dylan, le troisième frère de la tribu, épata son monde en se joignant à la fête familiale. En clair: le champion d’Europe 2010 s’imposa en 44.73, son troisième chrono personnel, le meilleur de sa campagne. Le voilà 5e au ranking mondial 2013. «Surtout, il faut que j’évite de m’emballer, déclara le seul Européen à être descendu cette année sous les 45 secondes. Mes sensations n’étaient pas encore très bonnes. Je peux mieux faire.» Voilà qui promet pour Moscou! «Si j’ai marqué les esprits de mes adversaires? Mais je m’en fiche. J’ai juste sorti le bon chrono au bon moment.»

Avec Dylan dans le relais à Moscou

Dylan, le cadet des twins, ne cherchait, lui, pas à cacher sa joie. «Je savais que je pouvais faire quelque chose de très correct. Mais de là à finir dans le sillage de mon frère et à améliorer mon record d’une seconde…»

Depuis sa finale de ce dimanche, Dylan est tout simplement le troisième performeur belge de l’année (45.80) derrière ses deux frères. Ce qui en fait un titulaire indiscutable dans le relais qui partira à l’assaut d’une finale mondiale à Moscou. «C’est un rêve, assura-t-il. Je vais courir avec Kevin et Jonathan! Et être descendu sous les 46, c’est un fameux cap franchi. Ce n’est pas la même chose que si j’allais à Moscou avec un record à 46.50.»«C’est magique, surenchérit papa Jacques, aux anges. Avec nous (les Borlée), il se passe toujours quelque chose. Je n’avais pas osé vous le dire mais je savais que Dylan sortirait un tel chrono assez vite. Et avec Will Oyowe (45.88) et Antoine Gillet (45.98) sous les 46, on peut espérer de grandes choses avec le relais.» Dont Arnaud Destatte devrait être le sixième membre à Moscou à moins qu’un médaillé d’argent de l’Euro espoirs comme Julien Watrin aille plus vite samedi à Ninove.

Jonathan Borlée, lui, en sera bien. Et il aspire à se mettre au niveau de son jumeau vendredi lors du 400 m londonien. En attendant, il a validé son plan B ce dimanche en réalisant les minima sur 200 m (20.38 au lieu de 20.49). «C’est une bonne chose de faite», assura-t-il. «La vitesse est là. Je n’ai plus qu’à bien finir la dernière ligne droite de mon 400 m.»«Il le fera à Londres», assure Jacques Borlée, conscient que la présence de ses trois fils dans le relais à Moscou constituera une nouvelle étape dans l’histoire, unique, de la famille.

Nos dernières videos