MUSIQUE - SESSION ACOUSTIQUE

Live buzz avec Juliane Chleide (The Voice) : au corps à corps

On l’avait découverte lors de la première saison de "The Voice" en 2012. Son parcours s’était arrêté aux portes des demi-finales. Une bonne année plus tard, Juliane Chleide poursuit son chemin. Un premier EP 5 titres est prévu à la rentrée. Et son single "Corps à corps" commence à bien tourner. Rencontre après sa prestation vendredi midi aux Franc’off.

Quel est votre parcours avant The Voice ?

Je suis originaire de Florenville, en province de Luxembourg. Quand j’étais adolescente, j’ai été voir beaucoup de festivals. J’ai été à Dour et les Francos, je viens depuis que j’ai 14 ans. Et c’est le fait de voir des artistes sur scène qui m’a donné envie de chanter.

Lesquels ?

J’aime énormément l’énergie que Christophe Maé dégage sur scène. Et puis il y a aussi Selah Sue. J’adore ce qu’elle fait sur scène. J’ai adoré Puggy, Suarez…

Vous avez pu faire leurs premières parties…

Oui, avec mon ancien groupe, assez amateur, on a eu l’occasion de faire les premières parties de Puggy, Suarez lors de concerts près de chez moi. Il n’y avait que deux ou trois artistes qui étaient programmés. C’est là que j’ai eu l’occasion de les rencontrer et de parler avec eux.

Mais vos parents ont d’abord exigé un diplôme…

Oui, comme tous parents, ils ont eu un peu peur, car quand je fais quelque chose, je le fais à fond. Donc, j’ai d’abord fait des études de graphisme. Et une fois que j’ai eu mon diplôme, j’ai repris la musique et depuis ils me foutent la paix ! (rires)

Qu’avez-vous retenu de The Voice ?

Beaucoup de positif. Cela m’a apporté l’expérience télé. Et puis cela m’a apporté l’opportunité d’avoir un peu plus de public. Au niveau des conseils, j’ai appris que le métier s’apprenait en observant beaucoup autour de soi.

Et la suite ?

Je n’ai pas eu vraiment de contacts concrets grâce à The Voice. Beaucoup de gens m’ont écrit pour placer des titres, mais je voulais avoir une véritable cohérence dans les titres. Et donc j’ai co-composé tous les titres avec deux personnes de ma région : Benoît Nivelet et Thomas Robert. Après, on s’est dit que le projet était chouette et qu’on pouvait se lancer dans quelque chose de plus concret.

Vous avez décidé de financer votre premier EP via un site participatif (www.oocto.com). C’était un choix difficile ?

Je n’ai pas vraiment pensé au fait que c’était demander de l’argent aux gens. Cela s’est décidé en deux jours. Je n’avais pas envie de réfléchir de trop, car je doute beaucoup et je me pose trop de questions. Au départ, il fallait atteindre 14 000 €, puis il y a eu quelques soucis de paiement et le site a accepté de baisser la somme à 9000 €. Et finalement, j’ai réuni 12 000 €.

Le single « Corps à corps » donne un aperçu de l’album ?

Là, c’est une version acoustique. L’EP est très arrangé quand même. Il y a beaucoup de recherches de sons.

C’est quoi le rêve ultime ?

Je n’ai pas de schéma de carrière. J’espère avoir de chouettes retours sur l’EP et que le public accroche. Si c’est le cas, je rêve alors d’enregistrer un album et de pouvoir vivre de ma musique. Mais je sais que ce n’est pas donné à tout le monde.

Vous étiez sur la scène des Franc’off ce vendredi midi. Cela s’est bien passé ?

Oui. Je voulais quelque chose de très spontané, convivial. Je voulais être simple, spontanée et j’ai l’impression que les gens ont vraiment apprécié.
 

Découvrez on single "Corps à corps" en session acoustique dans notre vidéo ci-dessus.

Juliane Chleide sur internet.

Toutes nos sessions acoustiques Live buzz.

Toute l'info sur les Francos dans L'Avenir, chaque jour.

 

 

Nos dernières videos