La vie de château… d’eau à Steenokerzeel

Patrick a retapé un château d’eau en loft super moderne. Après y avoir vécu quelques années, il le loue désormais pour des événements.

Il date de 1941. Le château d’eau s’érige fièrement à Steenokerzeel, à 500 mètres à vol d’oiseau d’une piste d’atterrissage de Zaventem.

Patrick, passionné de vieux bâtiment industriel, en est tombé amoureux en 1995. Il lui a fallu 7 ans pour obtenir les permis nécessaires à la rénovation du lieu qui tombait en ruine. Et 5 ans de travaux pour en faire un lieu de vie magique façon loft.

Valérie, la compagne de Patrick, nous fait la visite guidée. À commencer par le toit du château qui sert de terrasse. Avec en prime une vue à 360 degrés sur la campagne bruxelloise absolument époustouflante.

«On peut voir jusqu’à Anvers» sourit-elle. «Quand il fait beau, c’est génial pour des barbecues, prendre l’apéro. Et puis, on profite du spectacle des avions qui, généralement atterrissent par ici, donc, ça ne fait pas trop de bruit».

Une volée d’escaliers plus bas, la cuisine, le séjour et la salle à manger se situent dans l’ancienne cuve en béton où étaient stockés en permanence 250 000 litres d’eau. Un espace de 150 mètres carrés d’une luminosité rare.

«Il y a des fenêtres sur 360 degrés. Nous les avons simplement doublées».

Un étage plus bas encore, la chambre. Et si on descend encore, la salle de bain.

«Ça c’est l’élément central de la maison» explique Valérie. «Patrick voulait que la fonction initiale du château d’eau soit respectée. Il a gardé par exemple la gigantesque pompe qui traverse la maison de haut en bas. Il voulait également que de l’eau circule dans le séjour, mais ce ne fut malheureusement pas possible pour des problèmes de condensation.

Par contre, il a fait faire une douche du genre rain fall. C’est un bonheur de prendre une douche».

Placée à 3 mètres de haut elle donne littéralement l’impression d’être sous une pluie tropicale.

Reste alors la chambre des enfants, au premier étage, qui sert également de chambre d’amis. Seul petit soucis : la communication dans cette vaste demeure de 450 mètres carrés. «Quand on est au quatrième et qu’il faut appeler les enfants pour manger alors qu’ils sont au premier dans leur chambre, c’est compliqué» s ‘amuse Valérie. «Alors, j’ai un peu honte de le dire, mais on devait fonctionner par SMS».

Vivre dans un château d’eau a donc ses avantages et ses inconvénients. Comme la circulation, par exemple.

«Bah, c’est comme dans une autre maison.» relativise Valérie. «On doit s’habituer, trouver des techniques différentes pour la lessive, les poubelles. Et quand je monte ou que je descends, j’essaie toujours de penser à ce que je pourrais emporter avec moi pour ne pas faire deux fois le trajet».

Et puis, il n’y a pas que la créativité qui facilite les choses.

Pour se simplifier la tâche Patrick avait pensé à l’élément le plus fondamental dans un bâtiment de 4 étages : l’ascenseur. Mais pas hydraulique.

Nos dernières videos