Quand Contador joue des éventails, c’est la castagne

Quand Contador joue des éventails, c’est la castagne

Ce fut, hier, une fameuse partie de manivelle pour Contador (au centre), et les Saxo. Mais cela en valait la peine.

AFP

Incroyable étape,où il ne devait rien se passer : les éventails, dont celui de Contador, ont placé Froome et les Sky dans le doute.

Hier, sur cette étape, dite de transition entre Tours et Saint-Amand-Montrond, on a vécu une étape endiablée et passionnante grâce à ces coups de bordure à répétition.

Cela avait commencé avec les Omega Pharma Quick Step, soucieux, eux, d’éliminer un certain Kittel des débats sur la ligne d’arrivée. L’équipe de Lefevere avait fait éclater le peloton alors qu’il restait encore une bonne centaine de kilomètres. Mais cela avait suffi pour ôter toute chance à Kittel de se mêler au sprint.

Il y avait mieux encore, puisque ce furent aussi les Belkin de Mollema qui vinrent apporter leur aide aux hommes de Cavendish: Valverde, avec 12 secondes d’avance sur Mollema au classement général, venait de subir une crevaison au plus mauvais moment. On ne l’attendit pas!

Contador grappille une minute

Il y avait encore beaucoup mieux un peu plus loin, à trente bornes du but: cette fois, ce furent les Saxo de Contador qui se mettaient en tête de montrer qu’ils pouvaient aussi créer des éventails. Les victimes? Greipel, mais surtout Froome en personne. Qui aurait pu recevoir l’aide indirecte des BMC d’Evans, un moment concernés par ce grand coup de Mollema, Ten Dam, Sagan et Contador.

Au final, Froome a accusé un débours d’une minute et neuf secondes sur Contador et Mollema est deuxième depuis hier. Si les positions ne changent pas d’ici l’Alpe d’Huez (mais ce n’est que le jeudi 18 juillet), cela risque d’être très batave sur les célèbres lacets.

Avec tout cela, on allait oublier de parler de la 25e victoire de Cavendish, nette et sans bavure, loin devant Sagan.

«Ce fut un gros travail collectif aujourd’hui, pour permettre à Cavendish de conclure, se réjouissait Chavanel, lui aussi dans la bonne bordure. Je pense que c’était du spectacle aujourd’hui. On a roulé avec tout ce qui concerne le vélo… »

« Je dois absolument insister sur le fait que l’équipe a réalisé un travail incroyable, disait Cavendish. Avant-hier, je me disais que je commençais à perdre des sprints. Ici, c’était différent parce que c’était une explication au sein d’une échappée, qui s’est dessinée dans des circonstances favorables. Dès qu’il y a eu un vent de côté, on voulait rester devant en cas d’éventails. On savait qu’il n’y aurait pas la place pour tout le monde. C’est dommage pour Froome, mais les Saxo ont aussi fait ce qu’ils devaient.»

Valverde n’est plus dans les dix premiers, a sans doute perdu tout espoir de top 10, même, et ce, sur une simple crevaison. On en parlera encore longtemps, mais peut-on en vouloir aux hommes de Lefevere de ne pas s’être relevés au moment où ils mettaient Kittel dans le vent? C’est d’autant plus dommage pour l’Espagnol qu’il était, lui aussi, dans le bon groupe au moment de l’offensive Quick Step.

«J’ai vécu une des plus belles étapes sur le Tour, disait Christian Prudhomme, le boss. Ce fut absolument formidable aujourd’hui, avec la confirmation que les Sky ne sont pas aussi puissants que cela . Les adversaires de Froome ont pris un avantage psychologique sur lui. Je le répète: une étape pareille sur le Tour, cela fait sans doute 25 ans qu’on n’a plus vu cela. J’en suis ravi.»

Nos dernières videos