monde -

Déraillement d’un train près de Paris : au moins 6 morts et 8 blessés graves selon le dernier bilan

Un train a déraillé ce vendredi dans une gare au sud de Paris, dans la commune de Brétigny-sur-Orge (Essonne). Le dernier bilan fait état d'au moins six morts et de 8 blessés graves. Une pièce défaillante de l'aiguillage serait la cause du déraillement.

+ Cliquez sur ce lien pour revivre notre direct sur smartphone ou tablette

Update 11h44 Une pièce de métal défaillante dans l'aiguillage de la voie sur laquelle circulait le train serait à l'origine du déraillement du Paris-Limoges qui a fait six morts vendredi, a expliqué samedi un responsable de la SNCF.

"Cette éclisse", sorte d'agrafe en acier qui relie deux rails dans un aiguillage, "s'est désolidarisée, elle s'est détachée, elle est sortie de son logement", a détaillé Pierre Izard, directeur général des infrastructures après les premiers constats de la nuit de la compagnie.

Dans ce contexte, la SNCF a annoncé le contrôle des 5.000 pièces semblables de son réseau. "La désolidarisation de cette éclisse du rail est l'objet même" des enquêtes judiciaires et techniques en cours, a déclaré le patron de la SNCF Guillaume Pepy.

Des victimes dépouillées et des jets de pierre

Pour ajouter à l'horreur, des rumeurs ont fait état de victimes dépouillées par des habitants des alentours.

Dans un tweet, le député socialiste de l'Essonne Jérôme Guedj a dénoncé de "sombres crétins inhumains (qui) ont manifestement profité de la cohue pour voler téléphone(s) portable(s) et des bagages".

Interrogées par l'AFP, plusieurs sources policières ont refusé de confirmer cette information et ont relativisé la gravité des incidents.

Le périmètre de sécurité établi autour de la gare de Brétigny a toutefois dû être élargi vendredi soir car des jeunes ont brièvement gêné les secours, selon la mairie. Une source policière a fait état de jets de pierres.

Minute de silence

Une minute de silence était organisée ce samedi à midi dans toutes les gares et dans tous les trains en France en hommage aux victimes de cette catastrophe.

La catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge, près de Paris, n'est pas due "à un problème humain", a déclaré samedi le ministre français des Transports Frédéric Cuvillier sur RTL.

"Heureusement le conducteur de la locomotive a eu des réflexes absolument extraordinaires en déclenchant l'alerte immédiatement, ce qui a évité la collision avec un train qui venait dans le sens inverse et qui aurait à quelques secondes (près) percuté les voitures qui déraillaient. Donc ce n'est pas un problème humain", a-t-il déclaré.

Du matériel trop vieux

Il a précisé qu'en revanche les enquêteurs devaient vérifier "soit le matériel roulant, soit les infrastructures et précisément la zone de l'aiguillage".

Le ministre a indiqué que la locomotive et les wagons "étaient à jour de toute vérification" ajoutant toutefois que "cela ne voulait pas dire que nous pouvions nous satisfaire d'avoir du matériel roulant qui a 30 ans d'âge", a-t-il indiqué.

Il insiste sur la nécessité de mener une "modernisation des lignes classiques", une "remise à niveau". "Le constat est sévère avec une dégradation ces dernières années faute de moyens consacrés aux lignes classiques".

Samedi, l'association des voyageurs-usagers du chemin de fer a dénoncé "le temps des trains poubelles", des "convois de bric et de broc" et "la vétusté" du matériel ferroviaire français.

Dernier bilan : 6 morts, 8 blessés graves

Le dernier bilan provisoire fait état de 6 morts et 8 blessés graves.

Un train a déraillé en fin d'après-midi dans une gare près de Paris pour une raison encore inconnue, avec un bilan provisoire de six morts, 8 blessés très graves et 22 légers, selon des autorités. Au total, 192 personnes ont été "impliquées" dans la catastrophe, c'est-à-dire prises en charge par les secours, selon le ministère de l'Intérieur.

Le train, qui transportait environ 370 personnes entre Paris et Limoges (centre), s'est scindé en deux pour une raison encore inconnue en arrivant à grande vitesse en gare de Brétigny-sur-Orge, au sud de Paris, en pleine heure de pointe en fin d'après-midi, selon une source policière. "Une partie du train a continué à rouler, tandis qu'une autre s'est couchée sur le flanc sur le quai", a indiqué la source policière.

Six wagons ont déraillé, a précisé le patron de la compagnie française des transports ferroviaires, la SNCF, Guillaume Pépy, qui s'est rendu sur place, ainsi que le président François Hollande. Selon le maire de Brétigny-sur-Orge, Bernard Decaux, trois voitures "sont enchevêtrées les unes dans les autres devant la gare et une quatrième couchée un peu plus loin".


 

 

Revivez notre direct de vendredi soir

Nos dernières videos