Région wallonne

Une liste des points d’eau potable en Wallonie?

Une liste des points d’eau potable en Wallonie?

Reporters

Des députés Écolo proposent de rendre l’eau potable accessible à tous dans les espaces publics en Wallonie.

Le texte était déjà venu à l’ordre du jour il y a un an, avant de sombrer dans l’arriéré du Parlement wallon. La voilà revenue à la surface : une proposition de résolution déposée par plusieurs députés Écolo pose la question de l’accessibilité des points d’eau potable en Wallonie.

En présentant son texte, Isabelle Meerhaeghe ne pensait sans doute pas que le débat allait prendre certains méandres.

Elle explique : «Dans les faits, en Wallonie, on a peu accès à l’eau potable dans les espaces publics. Les fontaines sont de moins en moins nombreuses». Et on n’est jamais tout à fait sûr que l’eau qui y coule est potable.

Pour permettre à tout le monde de se désaltérer gratuitement, surtout les publics fragilisés (les SDF, les enfants, les personnes âgées, etc.) et surtout en période estivale, l’idée est donc de répertorier ces points d’eau potable et de les rendre visibles.

La députée Écolo prend pour exemple ce que l’ASBL Infirmiers de Rue a mis en place à Bruxelles : ils ont rendu publique la liste des fontaines d’eau potable, en les situant sur une carte de la ville (29 dans le Pentagone, 33 en dehors) . Les plans sont visibles dans les stations de métro.

La proposition de résolution demande donc au gouvernement wallon de soutenir toute initiative communale allant dans ce sens : liste des points d’eau potable, info à la population, cartographie, « et toute action complémentaire jugée utile».

Tous les groupes trouvent que l’idée relève du bon sens. Mais les questions foisonnent : qui va surveiller? Qui va payer? Qui va garantir la qualité de l’eau distribuée? Dans l’opposition MR, Philippe Dodrimont soutient la proposition à condition de supprimer la mention «espaces publics», histoire d’intégrer les résidents permanents des campings. Il se souvient d’ailleurs avoir fait la même demande au ministre Écolo Philippe Henry (Environnement), «demande qu’il a balayée du revers de la main».

Isabelle Meerhaeghe voudrait ne pas tout mélanger, espaces publics, campings, etc. «Et puis, une proposition de résolution n’est pas un décret. C’est au gouvernement à mettre en œuvre la priorité qui a été définie », rappelle-t-elle. «Et puis, on peut aussi s’inspirer de l’expérience bruxelloise.»

La ministre de l’Action sociale Éliane Tillieux rappelle qu’on ne part pas de rien en Wallonie : les Relais sociaux se mobilisent déjà à ce niveau.

En attendant, on semble se diriger vers des auditions, comme certains groupes de la majorité l’ont suggéré, en commissions conjointes Action sociale et Environnement. On ne pourra pas dire que le gouvernement ne sera pas «équipé» une fois qu’il s’agira de passer à l’action.