union européenne

La Lettonie dans l’euro, pas sans risque

La Lettonie dans l’euro, pas sans risque

Le premier ministre Valdis Dombrovski se réjouit de compter en euros.

AFP

La Lettonie fera partie de la zone euro le 1er janvier. Une situation qui n’est pas sans risque pour l’Union européenne.

Les ministres des Finances de l’UE ont donné mardi l’ultime feu vert à l’entrée de la Lettonie dans la zone euro, une adhésion saluée comme le couronnement des efforts d’austérité de cet État balte qui deviendra le 1er janvier le 18e membre d’une union monétaire toujours secouée par la crise. Le taux de conversion a été fixé à 0,702804 lats pour un euro.

Michel Hermans (professeur à l’Ulg-HEC), quel est l’intérêt d’entrer dans une zone euro en crise ?

Il y a un réel intérêt à faire partie d’un même groupe monétaire qui a pour objectif de rendre le commerce plus facile puisqu’il n’y a pas de taux de change.

Maintenant, je me demande pourquoi la zone euro accepte encore des États membres qui ne sont pas toujours des plus solides au niveau financiers. Je pense qu’ils devraient régler les problèmes de la Grèce, de l’Espagne, du Portugal avant d’accepter de nouveaux candidats.

On réédite avec la Lettonie ce qui s’est passé avec la Grèce ?

Non, je n’irais pas jusque-là car la Lettonie est un plus petit pays. Les pays baltes se sont assez bien restructurés après la chute du communisme. Ils sont entrés dans l’Union et ont progressé. Mais ce n’est peut-être pas suffisant. Ils ne sont peut-être pas encore suffisamment en forme pour pouvoir apporter un plus à la zone euro.

L’UE prend un risque ?

Les pays d’Europe centrale sont encore fragiles. Le feu est notamment orange pour la Slovénie. Cela peut représenter un risque pour la zone euro. Si ce n’est pas un risque réel, cette adhésion peut représenter un risque sur le plan de l’image et fragiliser l’euro, par exemple, le faire descendre par rapport au dollar. On pourrait être considéré comme un peu trop rapide en admettant des pays comme la Lettonie, même s’il ne connaît pas d’énormes difficultés.

La Lettonie est plutôt en forme avec un taux de croissance autour de 5 % en 2012.

La Lettonie est un petit pays, donc il ne devrait pas peser énormément en terme de population et en terme économique dans la zone euro. Je dis simplement que, pour l’instant, il aurait peut-être mieux valu mettre tout en suspend en attendant de régler les problèmes de cette zone.

Pour les ministres européens des Finances, cette adhésion montre que le modèle économique européen est encore viable. Est-ce votre avis ?

Il est viable. Le tout est d’y croire. Or, pour l’instant, le problème est qu’il y a des doutes à tous les niveaux et qu’on n’arrive pas à instaurer les réformes facilement. La situation est complexe.

Ce n’est pas une bonne nouvelle pour la Lettonie et la zone euro ?

La Lettonie a fait des efforts. Elle mérite d’adhérer à la zone euro. Mais je ne sais pas si elle va en tirer des bénéfices tout de suite et si la zone euro ne va pas être perçue comme étant, une fois encore, celle qui s’élargit et qui risque de se fragiliser un peu plus. La situation économique de la Lettonie pourrait se détériorer parce que l’effort a été fait pour entrer dans la zone euro. Il arrive que dès qu’on y est, on décroche. N’oublions pas que c’est ce qu’on a reproché à la Grèce. Les Grecs ont tout fait pour y entrer, peut-être même manipuler les chiffres, et quand ils y ont été, ils n’ont plus rien fait pour améliorer leur situation. Cette situation-ci peut être dangereuse à terme.¦

Nos dernières videos