Il y avait, hier à Saint-Malo, ce petit air vivifiant du large et cette ambiance très bretonne, où le cyclisme reste le roi absolu.

Dame, quand l’itinéraire de cette dixième étape passe par des contrées qui se nomment Saint-Méen-Le-Grand ou Calorguen, on ne peut que songer que le Tour ne manque jamais l’occasion d’entretenir cette flamme tenace et sacrée du souvenir. Louison Bobet, le boulanger de Saint-Méen (prononcez sainmain), a en effet remporté trois fois le Tour, alors que Bernard Hinault, citoyen de Calorguen, en est à cinq.

On conçoit donc aisément que les Bretons ou les Malouins (les habitants de Saint-Malo) étaient, hier, en très grand nombre sur les routes empruntées par cette dixième étape.

Cette joute intervenait au lendemain du jour de repos, et, on le sait, ce n’est pas toujours évident pour les coureurs de se remettre en route, d’autant qu’on réutilise les grands développements, laissés de côté voici quelques jours dans les Pyrénées. Mais, hier, cela n’a évidemment pas trop dérangé les sprinters, dont les formations (les deux Belges étaient concernées en premier lieu) se sont remises au boulot pour verrouiller l’étape. Le scénario se répète donc comme une litanie  : on donne un bon de sortie à quatre ou cinq baroudeurs, on laisse grandir l’écart, avant de mettre en route, selon un plan horaire qui ne laisse jamais rien au hasard. Il s’agit, évidemment, de ne pas se louper, et donc, ne pas revenir trop rapidement sur les échappés, sous peine de devoir ensuite contrôler d’autres tentatives. On comprend, ici, l’intérêt des oreillettes et le rôle des directeurs sportifs, qui en sortiraient presque leur règle à calculer.

Puis, c’est alors l’organisation de ce qu’on appelle les trains des équipes qui comptent un spécialiste de l’emballage.

En principe, ce scénario se répétera encore ces jeudi (arrivée à Tours) et vendredi (arrivée à Saint-Amand-Montrond). Dès ce moment, on sera sans aucun doute davantage ou définitivement fixé sur la lutte pour le maillot vert.

Entre-temps, ce mercredi ouvrira une parenthèse à l’occasion du premier contre-la-montre individuel de ce 100e Tour. On vous en parle par ailleurs.

Nos dernières videos