PEOPLE

Maureen Louys, un électron libre

Maureen Louys, un électron libre

Maureen Louys Benoît Bouchez

Avec Jean-Louis Lahaye, elle vous emmène en voyage tout l’été dans «Viva pour le monde» chaque jour sur VivaCité. Maureen Louys, elle, voyage régulièrement d’Embourg, d’où elle est originaire, à Bruxelles, où elle vit.

 

À 34 ans, Maureen Louys a déjà participé à une foule d’émissions, tant en télé qu’en radio. Mais toujours à la RTBF.

Comment êtes-vous arrivée au service public ?

Ma sœur était entrée à la RTBF un an plus tôt. Je terminais mes études de communication à l’IHECS quand elle m’a parlé d’un boulot. On cherchait quelqu’un pour une émission à destination des ados. Dans l’absolu, je n’avais jamais pensé faire de la TV. J’aimais bien le graphisme, écrire des logos et de petites histoires. J’avais envie de créer et je ne me voyais pas dans un bureau, avec des horaires fixes. À la RTBF, je suis un peu un électron libre, un jour n’est pas l’autre.

C’est à cette époque que vous avez quitté Embourg ?

Je me suis installée dans un kot à 18 ans pour suivre mes études à Bruxelles. J’ai choisi Uccle car ma sœur, ma marraine et mon oncle y habitaient. S’ils avaient vécu à Forest ou à Woluwe, je les aurais suivis. Aujourd’hui, j’habite toujours au centre d’Uccle.

Et votre ville natale ne vous manque pas ?

J’adore rentrer à Embourg, retrouver ma famille. J’y ai passé toute mon enfance. C’est une commune verte, à la campagne. Mais c’est à Liège que je sortais et que je faisais du shopping. Aujourd’hui, ma vie sociale est à Bruxelles, j’ai mes habitudes de restos, de sorties, de boutiques…

Qu’est-ce qui vous plaît dans la capitale ?

Toutes les communes sont différentes. Et c’est une ville très verte. Uccle est calme, il y a le Bois de la Cambre et la forêt de Soignes. Bruxelles est une ville à deux vitesses : on peut y vivre pépère, en pantoufles, ou faire plein de trucs. J’aime bien les quartiers du cimetière d’Ixelles, et du Châtelain. Cela dit, je ne suis pas devenue bruxelloise. Je suis un peu entre les deux, même si je n’ai pas le projet de revenir vivre à Liège. En fait, j’ai passé autant de temps à Bruxelles qu’à Liège.

Et il vous arrive encore de sortir du côté de Liège ?

Oui, j’adore faire du shopping là-bas, les gens sont très sympas, chaleureux. Ils ont toujours un petit mot. Avec mes parents, on adore aller au restaurant Robertissimo, à Embourg. Il faut goûter à l’incontournable fondu au parmesan ! Les Coudes sur la table est aussi un endroit sympa, avec des formules apéro-tapas. À Liège, le Bistrot d’en face est le royaume du boulet ! Je commence par un museau vinaigrette sur lit de céleri-rave mayo, suivi d’un boulet, un seul car il est énorme !

Nos dernières videos