POLITIQUE -

Atteinte d’un cancer, Marie-Dominique Simonet annonce sa démission

Atteinte d’un cancer, Marie-Dominique Simonet annonce sa démission

Marie-Dominique Simonet, atteinte d’un cancer, démissionne de ses fonctions.

Eric Herchaft © Reporters

La ministre de l’Education, Marie-Dominique Simonet (cdH), a annoncé ce jeudi qu’elle était atteinte d’un cancer. En raison «d’une série d’interventions et de traitements longs et parfois lourds», elle démissionnera de ses fonctions le 16 juillet.

«Je vais devoir subir au cours des prochains mois une série d’interventions et de traitements longs et physiquement lourds», a indiqué Mme Simonet (cdH) dans un communiqué diffusé à l’issue d’un conseil des ministres à Bruxelles.

«La charge de ministre de l’Enseignement, telle que je la conçois, implique un engagement total au service du monde enseignant, des élèves et des familles. Après avoir pris l’avis de médecins, j’ai dû constater qu’il ne serait pas possible de continuer à m’investir pleinement avant plusieurs mois», ajoute-t-elle.

Mme Simonet se dit «sereine et combative» afin de pouvoir «refermer la parenthèse» de la maladie, tout en regrettant de ne pouvoir aller au bout de sa mission. «Malgré les difficultés du quotidien, j’ai la conviction que la conduite de la politique éducative est certainement la plus belle et la plus importante fonction pour un ministre, tout comme enseigner est le plus beau et le plus important des métiers pour l’avenir de notre société», commente-t-elle.

Le président du cdH Benoît Lutgen a qualifié de «véritable déchirement» le départ ministériel de «cette personnalité forte et compétente, chaleureuse et joyeuse» active depuis plus de 10 ans dans le parti.

«Grâce à sa force de travail, à sa capacité d’écoute et de dialogue, elle a réussi à réformer en douceur les différents départements où elle a officié, à y apporter la sérénité et aussi à leur offrir des bases d’avenir solides, en particulier dans le secteur de l’enseignement», ajoute Benoît Lutgen.

Des débuts en tant qu’avocate

Mme Simonet a débuté sa carrière comme avocate avant d’entrer au ministère des Finances puis au Port autonome de Liège, dont elle deviendra la directrice générale en 1996.

En 2004, la présidente du cdH, Joëlle Milquet, amène à la politique cette technicienne désignée «manager de l’année» par l’hebdomadaire Trends et courtisée par d’autres partis à Liège.

Elle porte en fait la «double casquette» du parti: elle est à la fois vice-présidente du gouvernement de la Communauté française en charge de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et des Relations internationales et ministre du gouvernement wallon en charge de la Recherche et des Relations internationales.

A l’enseignement supérieur, elle a dû gérer divers dossiers délicats dont celui du numerus clausus ou du regroupement des universités. Au gouvernement wallon, elle a été sous le feu des projecteurs lorsqu’elle a accordé une licence d’exportation vers la Tanzanie à la société liégeoise New Lachaussée.

Passant en 2009 de l’Enseignement supérieur à l’Enseignement obligatoire, c’est elle qui s’est chargée de gérer ces dernières années l’évolution du dossier hyper-sensible des inscriptions scolaires dans le secondaire, héritant de ce dossier de deux ministres socialistes Marie Arena et Christian Dupont.

Elle a marqué de son empreinte les dossiers de la réforme du premier degré de l’enseignement secondaire, des titres et statuts dans l’enseignement, des fins de carrières des enseignants, dans un contexte de restrictions budgétaires qui laissaient peu de marges aux politiques de la Communauté française.

«Servir a toujours été le moteur de mon action, depuis le Port autonome de Liège jusqu’à ce jour. Cette passion m’anime toujours autant. Je compte donc à nouveau la concrétiser pleinement dès que cette parenthèse sera refermée», conclut le communiqué de Mme Simonet.

 

Pas de remplaçant immédiat

Il n’y avait pas jeudi soir, pour des raisons aisément compréhensibles, de remplaçant désigné par le cdH pour reprendre immédiatement les portefeuilles ministériels de Marie-Dominique Simonet.

La prochaine commission de l’Enseignement obligatoire du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles doit théoriquement se réunir mardi 16 juillet prochain.

Le ministre-président, Rudy Demotte, a pris acte «avec émotion», en début de soirée, de la volonté de Mme Simonet de démissionner. Au nom des ministres des deux gouvernements, il la remercie «très sincèrement pour le travail accompli au cours de ces dernières années, un travail qu’elle a pu mener avec brio grâce à sa totale implication et à sa personnalité empreinte d’empathie, de sympathie et de bon sens».

Il lui souhaite, «de tout coeur, la force et le courage nécessaires pour vaincre la maladie».

Nos dernières videos