Belgique -

Abdication du roi: le cdH dit non à une monarchie protocolaire

Abdication du roi: le cdH dit non à une monarchie protocolaire

Francis Delpérée a fait savoir que le cdH ne veut pas réduire le rôle de la monarchie.

ÉdA

Le cdH ne soutiendra pas une réforme de la fonction royale qui réduirait la monarchie à un rôle protocolaire, a fait savoir jeudi le sénateur Francis Delpérée lors du débat qui a suivi la déclaration du premier ministre Elio Di Rupo informant le parlement de la prochaine abdication du Roi.

Comme à la Chambre, à la suite du discours d’Albert II, le Sénat a d’ores et déjà esquissé le débat sur l’avenir de la monarchie. Les premiers clivages sont apparus. L’Open Vld et Groen ont exprimé leur volonté d’ouvrir à révision dès la fin de la législature les articles de la Constitution relatifs au rôle du souverain. Il importe de découpler la fonction royale du processus politique, a expliqué la cheffe de groupe libérale, Martine Taelman, tandis que Freya Piryns jugeait que la sanction royale ou la nomination des ministres par le Roi n’étaient plus «de notre temps».

Un son de cloche bien différent s’est fait entendre chez les centristes francophones. «Des voix s’élèvent ici ou là pour suggérer une réforme de la fonction royale, en clair pour amoindrir le rôle du futur Roi dans la vie de notre pays. Certains rêvent d’une monarchie protocolaire où le Roi serait sourd, aveugle et muet. Le moment n’est pas venu de discuter de ce sujet, encore moins de polémiquer à ce propos. Pour autant que de besoin, je tiens à préciser que le parti que je représente ici n’apportera pas ses voix à ce type de réforme», a lancé M. Delpérée.

Le PS et le MR sont restés muets sur la question. Le CD&V ne s’est guère avancé, Dirk Claes se contentant de rappeler le passage du discours royal évoquant l’évolution de la monarchie. Le sp.a s’est prononcé en faveur de ce débat : il estime que certaines règles constitutionnelles ne correspondent plus à une démocratie moderne, a expliqué Bert Anciaux. Mais cette discussion ne pourra avoir lieu que dans quelques années, lorsque la 6ème réforme de l’État aura été votée et mise en œuvre.

Quant à Écolo, il ne doute pas que le futur Roi Philippe «saura accompagner les réformes» que mèneront les partis politiques pour moderniser la Belgique et l’institution monarchique.

Le chef de groupe N-VA au Sénat, Huub Broers, s’est beaucoup moins appesanti que son collègue à la Chambre sur ce sujet. Il a rappelé la nécessité d’évoluer vers une autre forme d’État.

Tous les groupes politiques ont rendu hommage à la personne d’Albert II. Seul le Vlaams Belang a pris ses distances.

Nos dernières videos