WIMBLEDON

Filip Dewulf sur Flipkens: «Tu entends la pression monter»

Filip Dewulf sur Flipkens: «Tu entends la pression monter»

Filip Dewulf a aussi connu le contraste de la solitude des derniers jours de tournoi

Belga

Il y a 16 ans à Roland-Garros, Filip Dewulf fut aussi un invité surprise des demi-finales. Il se souvient des vestiaires vides, du lendemain, etc.

Il a aussi connu ça : une demi-finale surprise en Grand Chelem. C’était à Roland-Garros en 1997. Filip Dewulf évoque cette expérience unique. «Personne ne nous attendait vraiment là, mais Kirsten est 20e mondiale tandis que j’étais 121e … je pense, et que je sortais des qualifications. La surprise fut plus grande encore. Favorite de ses premiers tours, Kirsten y a confirmé sa progression des derniers mois et accumulé de la confiance. Comme moi à l’époque, elle semble sur un nuage . Ni Kvitova ni la solennité du Centre Court, foulé pour la première fois, ne l’ont perturbée. Pourvu qu’elle reste dans sa bulle… Car progressivement pourtant, tout devient plus grand : l’attention des médias, l’attente du public, jusqu’aux installations désertées par la plupart des joueurs. Elles ne sont plus que quatre et ça se ressent. Après l’effervescence de la première semaine, les vestiaires sont très silencieux. On y entend la pression monter. C’est pourquoi il est important de rester dans une certaine routine (je m’entraînais toujours sur le même court 17, elle va toujours au même resto italien), de ne pas trop penser au contexte. Même le jour sans match d’avant demi-finales (NDLR : hier), il ne faut rien changer, histoire de rester concentré à 100 % sur le tournoi avec son corps à défaut de l’être encore totalement avec sa tête. Car forcément on réfléchit et prend conscience…»

« La chance de Kirsten par rapport à moi, c’est que Wimbledon n’est pas Roland, si proche de la Belgique géographiquement et culturellement. En plus, j’étais le premier joueur à atteindre les demis tandis qu’elle arrive derrière d’autres filles. Plus âgée aussi (elle a 27 ans, j’en avais 25) et plus mature, elle semble gérer ça parfaitement. Peut-elle battre Bartoli ? Franchement, oui. Avec ce qu’elle a déjà montré ici, je ne vois pas pourquoi il ne faut pas y croire. Lisicki ou Radwanska (surtout) après, ça se serait une autre histoire. Mais une chose à la fois…»

« Un top 20 durable »

«Et l’après ? Ça aussi, il faudra gérer. Moi, une semaine après ma demi, tout le monde m’attendait en finale au Queens : j’ai été sorti au 1er tour par un joueur de double ! Kirsten, elle, sera au repos : pas plus mal pour laisser retomber le soufflé quoi qu’il arrive ce jeudi et, peut-être, samedi. À plus long terme, Kirsten a tout pour montrer – sur toutes les surfaces – que ce n’est pas qu’un (bel) accident. Elle peut clairement s’installer durablement dans le top 20».

Nos dernières videos