USA/Europe

Snowden : l’imbroglio diplomatique

Snowden : l’imbroglio diplomatique

En contact étroit avec de nombreuses capitales, les États-Unis ont dit avoir « bon espoir » que l’ex-consultant de la NSA rentre aux États-Unis.

AFP

L’affaire Edward Snowden vire au cauchemar pour les Européens, dont les divergences s’étalent au grand jour.

L’affaire autour de l’informaticien américain en fuite Edward Snowden fait des vagues en Europe.

Le président bolivien Evo Morales, soupçonné de transporter à bord de son avion l’informaticien américain Edward Snowden, a quitté mercredi l’aéroport de Vienne à l’issue d’une escale forcée de treize heures, un incident qualifié par le président bolivien «d’agression» envers l’Amérique latine. Le Parlement bolivien va demander l’expulsion du pays des ambassadeurs de France, du Portugal et d’Italie, en représailles à l’interdiction par ces trois pays du survol de leur espace aérien par l’avion du président Evo Morales

Mercredi, la porte-parole du gouvernement français Najat Vallaud-Belkacem a plaidé pour une «suspension temporaire» des négociations entre l’UE et les États-Unis sur un accord de libre-échange, en raison des révélations sur l’espionnage des Américains en Europe. Côté allemand, on soutenait en revanche un démarrage des négociations la semaine prochaine comme prévu.

L’ancien consultant de la puissante Agence américaine de sécurité nationale (NSA) est à l’origine des révélations fracassantes sur un programme américain secret de surveillance des communications mondiales. Invisible depuis son départ de Hong Kong il y a 11 jours, il a permis la publication le week-end dernier de nouvelles informations sur l’espionnage des communications de l’Union européenne, provoquant la colère des Européens.

Edward Snowden a essuyé mardi un refus de la part de nombreux pays auxquels il a demandé l’asile politique.

Nos dernières videos