Commentaire

Le roi, le prince et vous

Le roi, le prince et vous

AFP

C’est un moment historique. Traduit dans un discours où un mot a claqué après un court silence. Ce mot, c’est « vous ».

Dans le discours intégral reçu dans les rédactions, il est écrit en lettres capitales. En écoutant l’allocution d’Albert II, vous avez sans doute été nombreux à ressentir comme un frisson. Se faire interpeller, comme ça, dans un discours aussi essentiel avait quelque chose de fort, mais également de très intelligent.

En utilisant le «vous », le Roi a remercié les citoyens belges, mais il leur a aussi conféré une lourde responsabilité. «Avec une population si riche de ses talents, de sa diversité, de son énergie, de sa générosité, l’avenir est entre de très bonnes mains ».

En quittant le trône, Albert II ne semble pas seulement avoir passé le flambeau à son seul successeur. Il l’a aussi transmis à «ses concitoyens, seuls titulaires de la souveraineté ».

Ce discours, ce n’est pas seulement celui du départ d’un roi, c’est aussi un regard anxieux jeté vers l’avenir. À la veille des élections de l’année prochaine, qui s’annoncent cruciales, cette abdication nourrit des inquiétudes. Certains craignent que le prince Philippe ne soit pas à la hauteur des défis qui l’attendent. Qu’il ne parvienne pas à trouver sa place comme l’a fait son père. C’est là sans doute que le «vous » intervient, un «vous » qui devra sans doute apprendre à être indulgent vis-à-vis d’un prince qui va devenir roi,; vis-à-vis de Philippe qui va devoir tuer quelques a priori et craintes à son égard.

La meilleure des réponses que pourra apporter le fils d’Albert II, c’est de poursuivre le travail de modernisation qui est en cours au sein de la monarchie. Pour cela, il devra se libérer de cette timidité qui le caractérise même si, il faut bien l’accorder, le prince s’est montré nettement plus à l’aise ces derniers mois.

Depuis la fin de l’année dernière, Philippe a fait preuve de plus de convivialité, n’hésitant pas à lâcher des traits d’humour improvisés lors de réunions officielles, parlant plus spontanément avec les personnes qui lui étaient présentées. Et puis comme on l’a entendu à de nombreuses reprises hier : «rappelez-vous tous les a priori qui ont accueilli le roi Albert II ».

Le roi Philippe devra faire ses preuves. Il le sait et on imagine aussi l’émotion immense qui l’envahira lorsqu’il s’adressera à VOUS dans son premier discours.

Nos dernières videos