«Philippe sera un excellent roi»

«Philippe sera un excellent roi»

Pour Francis Balace, spécialiste de la monarchie, Albert paye pour toutes les années difficiles qu’il vient de passer. Ce qui n’empêche pas Philippe d’être prêt à devenir un excellent roi.

1. Pourquoi Albert abdique-t-il maintenant ?

«D’abord, il est très fatigué» explique Francis Balace. En clair, Albert paye la facture des quelques années très difficiles qu’il vient de passer sur le plan politique et institutionnel, mais également sur le plan de sa vie personnelle. Et les derniers avatars n’ont rien arrangé. Mais surtout : «Ça permettra le changement pour le 21 juillet. Philippe pourra prêter serment devant les Chambres réunies avant les vacances parlementaires. Je crois que c’est surtout ça qui a hâté la décision du roi.

S’il avait annoncé cela le 21 juillet et que la période d’attente avant l’arrivée de Philippe avait été trop longue, par exemple pour la fête de la dynastie, cela aurait permis au gouvernement de réfléchir à la réforme de la fonction royale.

Ici, aucune négociation pour diminuer les prérogatives royales ne sera possible. Philippe aura toutes les prérogatives du roi actuel et de ces prédécesseurs.»

Y compris évidemment pour jouer un rôle prépondérant durant les négociations politiques qui suivront les élections capitales de 2014.

Deux autres choses sont susceptibles d’avoir influencé la décision du roi. Mais Francis Balace relativise.

«L’abdication de la reine des Pays-Bas? Non, je ne crois pas. Là-bas, l’abdication est une coutume, comme au Luxembourg. Alors que chez nous, l’abdication est vécue comme un traumatisme, notamment à cause de celle de Léopold III. Je pense, cela dit, que cette fois, le public a été préparé à ça. Quand à l’affaire Delphine, je ne pense pas non plus qu’elle ait eu une incidence sur la décision du roi.»

2. Quel genre de roi sera Philippe ?

«Un roi constitutionnel, comme tous les autres, assure l e spécialiste de la monarchie. Ce sera un excellent roi. Simplement parce qu’il n’a pas envie d’occuper cette fonction pour les pompes qui y sont associées.

On a rigolé de lui quand il l’a dit, mais il a le sentiment qu’il est investi d’un véritable devoir. Et puis, il ne faut pas oublier qu’il a été élevé pour occuper cette fonction. On peut donc comprendre qu’en 1993, il avait été déçu quand son père avait accédé au rôle après Baudouin.»

Francis Balace rappelle aussi que Philippe n’est plus un gamin.

«Il a la cinquantaine bien sonnée. N’oublions pas que son père avait 59 ans quand il a accédé au trône. La différence n’est pas si grande. Le problème, c’est qu’on a toujours l’image du petit prince, du gamin. Il a la volonté de se consacrer à sa tâche. Ce n’est pas par hasard s’il a récemment fait les 20 km de Bruxelles. Il veut montrer qu’il est en pleine forme.»

3. Philippe est-il prêt ?

On a beaucoup raillé le fait que Philippe pourrait un jour devenir roi. Avec en filigrane la question de ses compétences.

«C’est vrai que Philippe est différent de son père. il est notamment plus rigide. Il a un peu le caractère de Baudouin. Il ne faudra pas compter sur lui pour se taper sur les cuisses, comme pouvait le faire Albert. Mais évidemment qu’il a les qualités requises. Sinon, vous croyez qu’on l’aurait fait monter sur le trône avant 2014?»

Certes, mais il n’aura que 10 mois pour se familiariser avec le monde politique belge. Ce à quoi Francis Balace rétorque :

« Dix mois, c’est mieux que rien, non? N’oubliez pas que les prérogatives du roi sont de mettre en garde, encourager et s’informer. Eh bien, maintenant, il va pouvoir le faire. Regardez Baudouin, il est devenu roi à 21 ans, dans un contexte difficile. Quand il a prêté serment, il n’était plus revenu en Belgique depuis 1944 et il ne connaissait personne. Il a appris à connaître les gens au fil des années.»

4. Le risque d’une dyarchie ?

Albert gardera le titre de roi. Officiellement, il n’occupera plus aucune fonction. Mais, en coulisses, peut-il encore jouer un rôle et influencer Philippe?

«Je pense qu’après son abdication, il va prendre de longues vacances à Grasse, juge Francis Balace. Il bénéficiera d’une dotation, vivra au Belvédère qui est son habitation de toujours. Mais il ne jouera plus aucun rôle. Oh, bien sûr, rien ne l’empêchera d’assister au défilé du 21 juillet en habit militaire ou de représenter Philippe à des funérailles d’une reine ou d’un prince. Mais je ne le vois pas occuper une fonction de représentation. Il est trop fatigué. En tout cas, ce qu’il faut éviter, c’est une dyarchie, comme ce fut le cas pour Baudouin, qui habitait chez ses parents et prenait conseil auprès de son père. Mais je ne crois pas que ça se passera ainsi entre Albert et Philippe.»

Sauf peut-être en coulisses. « On ne sait jamais ce qui se passe le soir quand il y a un coup de téléphone avec un numéro masqué. Mais c’est clair que rien ne les empêchera de discuter le bout de gras…»

Nos dernières videos