Baisse des dossiers pour la Fédération et légère hausse pour la Wallonie (2)

Les dossiers introduits par les citoyens auprès des services de médiation ont diminué de 27% concernant les services administratifs de la Fédération Wallonie-Bruxelles et ont augmenté de 4% pour les administrations wallonnes, selon le médiateur de la Wallonie et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, qui a remis son rapport annuel au Parlement, mardi à Namur.

Les plaintes sont de plus en plus souvent introduites par voie électronique (55% du total) alors que les réclamations orales augmentent légèrement (17% du total) et que l'écrit devient moins populaire (28% désormais).

Les domaines d'intervention demeurent inchangés par rapport aux années précédentes, à savoir les relations scolaires (38%), les personnels de l'enseignement (31%) et les équivalences de diplôme dans le secondaire (16%) pour la Fédération, et la fiscalité (36%), l'énergie (22%) et le logement (17%) pour la Wallonie.

La légère hausse du nombre de dossiers autour des administrations wallonnes peut s'expliquer, selon le médiateur, par le peu de moyens mis à disposition de ces administrations.

Au total, 5.054 dossiers ont été enregistrés et analysés: 4.146 pour la Wallonie et 908 pour la Fédération. Ce rapport couvrait la période du 1er octobre 2011 au 31 décembre 2012 pour la Wallonie et du 1er janvier 2012 au 31 décembre 2012 pour la FW-B.

Il s'agit du premier rapport depuis la fusion des services de médiation de la Wallonie et de la Fédération, intervenue le 1er septembre. C'est également à cette date que le médiateur actuel, Marc Bertrand, a pris ses fonctions. Ce dernier a notamment plaidé mardi pour "l'élaboration d'un code commun de bonne administration".

S'il reconnaît que le premier travail du médiateur, c'est bien de "résoudre les problèmes du citoyen", M. Bertrand souligne en outre que lui et ses collaborateurs devraient également pouvoir prendre plus de recul pour analyser les causes d'un dysfonctionnement éventuel. "Nous aimerions pouvoir fournir des rapports plus charpentés et plus soutenus pour le Parlement", déclare-t-il.

A ce stade, l'économie réalisée à la suite de la fusion des services de médiation des deux entités fédérées n'a pas pu être mesurée mais l'objectif fixé par l'accord de coopération était de réduire les dépenses de 15%, a précisé Patrick Dupriez, président du Parlement wallon.

Son vis-à-vis à la Fédération Wallonie-Bruxelles, Jean-Charles Luperto, a, de son côté, appelé à continuer à développer la publicité autour des services du médiateur. Et Marc Bertrand lui-même de préciser que, sur ce point, il espérait travailler avec ses homologues du fédéral et des Pensions.


Nos dernières videos