Opération de contrôle d'autocars en partance pour l'Espagne et le Maroc

Trente-et-un autocars, en partance principalement pour le Sud de l'Europe (Espagne et Maroc), ont été contrôlés samedi lors de l'Opération Soleil, menée conjointement pas le SPF Mobilité et Transports, la police locale de la zone Midi, l'auditorat du travail de Bruxelles, la police locale de Bruxelles-Capitale/Ixelles, l'Administration des Douanes et Accises, la police fédérale de la route et l'ONEM et dont le bilan a été présenté dans un communiqué mardi.

Le but de l'opération était de "vérifier l'état des autocars et de leurs remorques" au niveau technique et sécuritaire, mais aussi de contrôler la réglementation en matière de temps de conduite et de repos prévue pour les chauffeurs. "Nous étions munis pour l'occasion d'une station mobile de contrôle technique", a précisé Thomas De Spiegelaere, porte-parole du SPF Mobilité et Transports.

Plusieurs problèmes ont été mis en évidence par l'opération, comme des freins défectueux, un pare-brise fêlé, des défauts au niveau de la direction mais aussi de chargement. Des infractions concernant le règlement de travail et l'utilisation du tachygraphe, un appareil qui permet de vérifier que le chauffeur respecte bien les périodes de repos obligatoires entre autres, ont également été constatés. Deux sociétés ne disposaient pas d'autorisation de transport, précise aussi le SPF Mobilité et Transports dans le communiqué. Au total, dix autocars ont été verbalisés.

Certains conducteurs ont pu continuer leur route moyennant "un paiement de perceptions immédiates" mais trois véhicules ont été immobilisés pour "décharger, réparer les défectuosités, repasser le contrôle technique" ou même "être saisis". Les passagers ont été reconduits à la gare du Nord ou ont pris un car de remplacement.

De son côté, la Fédération Belge des exploitants d'Autobus et d'Autocars (FBAA) a rappelé mardi, par la voix de son président Yves Mannaerts, que le contrôle technique et l'assurance RC doivent être en ordre avant le départ. "Le chauffeur doit aussi être en possession du permis D et être en ordre du point de vue médical, doit respecter la limitation de vitesse de 100km/h ainsi que le temps de conduite autorisé", ce qui se vérifie à posteriori via le tachygraphe, a conclu le président de la FBAA.


Nos dernières videos