Scoutisme -

Scoutisme : quid de la labellisation des endroits de camps ?

Scoutisme : quid de la labellisation des endroits de camps ?

La Région wallonne a dernièrement mis sur pied un label reconnu « endroit de camp » pour aider les jeunes à trouver un endroit de camp adéquat.

les scouts

La qualité des endroits de camps en Wallonie laisse à désirer, dénonce la députée Ecolo, Marianne Saenen, dans un communiqué, qui souligne que seuls sept endroits sur 772 ont été labellisés.

L’asbl Atouts-camps, qui délivre les labels, rabaisse le chiffre à 400 bâtiments destinés aux mouvements de jeunesse et estime qu’il faut du temps pour que tout se mette en place et que les travaux d’adaptation des établissements soient effectués.

«Ce chiffre de 772 est faux puisque dans cette liste de base, il y a beaucoup d’endroits qui n’existent plus et d’autres qui ne sont que des prairies», note Nicolas Bodart, président de l’asbl Atouts-camps.

La Région wallonne a dernièrement mis sur pied un label reconnu «endroit de camp» pour aider les jeunes à trouver un endroit de camp à un prix raisonnable et adapté à leurs activités, répondant aux normes de sécurité, d’hygiène et d’équipement.

L'asbl a démarré ses activités en janvier 2012, souligne Nicolas Brodart. "Il y a eu beaucoup de procédures à mettre en place et nous avons pris contact avec les propriétaires des endroits en juin. Une quarantaine de dossiers est en cours et plusieurs endroits sont actuellement en travaux pour répondre aux critères du label. Nous espérons compter entre 20 et 30 bâtiments labellisés en plus pour fin 2013", rapporte le président qui précise avoir déjà visité, avec son seul collaborateur, 200 endroits.

En outre, "le caractère non obligatoire de la mise en conformité des endroits de camps ne facilite pas le travail de l'asbl. Etant donné qu'il s'agit d'une démarche volontaire, les propriétaires sont peu nombreux à vouloir investir dans des travaux pour se mettre en conformité pour être labellisés", malgré les subsides qu'ils peuvent obtenir, explique Marianne Saenen pour qui les raisons sont multiples: limitation du prix de location, excellent taux d'occupation ou encore l'importance des travaux.

Selon l'asbl, il n'est néanmoins "pas question de modifier les critères du label", ni de rendre ce dernier obligatoire. Autrement, "beaucoup de propriétaires, majoritairement privés ou sous forme d'asbl, fermeront leurs portes", ce qui n'est pas l'objectif, étant donné que "la demande d'endroits de camps est plus importante que l'offre".

Par ailleurs, la Région wallonne n'a pas encore délivré son budget de fonctionnement 2013 à Atouts-camps, qui devrait de plus être raboté de 160.000 à 125.000 euros.

"Il est grand temps que le ministre prenne enfin ce dossier à bras le corps et soutienne une promotion efficace de la labellisation en matière de sécurité et d'hygiène. Cela passe notamment par une responsabilisation des bourgmestres afin qu'ils veillent à ce que les endroits de camps disposent d'une attestation de sécurité incendie", conclut la députée Ecolo.

Du côté du cabinet du ministre wallon du Tourisme, Paul Furlan, il n'était pas possible d'obtenir une réaction ce mardi.

 


Nos dernières videos