Bakelants : « Restons réalistes »

Belga

Jan Bakelants a donc, c’est une formule aisée, gagné le Tour de Corse. C’est fort bien ainsi, même si notre compatriote est bien conscient que cela sera compliqué de garder le maillot jaune ce mardi, à l’issue du contre-la-montre par équipe à Nice.

 

«L’équipe, toute l’équipe, a beaucoup travaillé pendant toute l’étape, analysait Jan. Et c’était sur un parcours compliqué et dangereux. La chaleur, qui faisait fondre l’asphalte, n’arrangeait rien non plus. Et puis, avoir le maillot jaune sur les épaules, cela fatigue aussi mentalement.»

Pour donner une idée chiffrée du boulot de «Monfort and co», les RadioShack avaient assuré 97 % des relais, avant les 25 derniers kilomètres, les 3 restants furent assumés par les Garmin.

Mais Jan, alors qu’une échappée de cinq hommes s’était dessinée après trois kilomètres (Clarke, Westra, Minard, Vuillermoz et Gautier), est aussi celui qui est capable de vite analyser le déroulement de la course.

«Il n’y a jamais eu de panique, disait-il. L’équipe a contrôlé la situation. Dans la dernière montée, je savais que (Pierre) Rolland prendrait de l’avance mais il restait encore suffisamment de distance par rapport à l’arrivée. Et, surtout, je me doutais bien qu’on allait finir par recevoir de l’aide de la part de formations comme les Cannondale de Sagan (NDLR : auxquels vinrent s’ajouter les Orica GreenEdge de Gerrans).»

Quant au contre-la-montre par équipe de ce mardi à Nice, Bakelants ne se fait aucune illusion : «Il faut être réaliste. Nous avons une bonne équipe mais il y en a d’autres qui sont de vrais spécialistes, BMC ou Sky.»

D.M.

 

Nos dernières videos