Gilbert aurait voulu plus de soutien

Belga

Cinquième hier, alors qu’il avait aussi tenté sa chance dimanche, Philippe Gilbert aurait souhaité un peuplus de soutien de la part de ses équipiers.

 

Chez BMC, il y a le discours de John Lelangue, qui sort de ces trois jours en Corse optimiste. «On a fait un bon début de Tour, dit-il. On voulait bien se classer au classement par équipe et c’est sans doute le cas. C’est important de partir dans les dernières formations pour le contre-la-montre par équipe.» Bien vu puisque l’équipe de Gilbert occupe la deuxième place, derrière les RadioShack. «Nous sommes donc en confiance pour Nice, poursuivait Lelangue, et, surtout, on sort de ces trois premières étapes avec un effectif au complet, malgré les chutes de Gilbert et de Van Garderen sur la première étape. Ici, le parcours était magnifique et, surtout, tout se passe bien pour Evans. On se réjouit donc de voir comment va se passer ce contre-la-montre.»

Philippe Gilbert, cinquième hier de cette troisième étape, ce qui veut dire qu’il a participé au sprint, se montrait plutôt déçu.

«C’était très houleux, commentait-il. Ça a été une étape rapide. Ça a frotté dans le final. C’était un sprint typique du Tour de France avec beaucoup de risques et des enjeux énormes. Donc ça valait la peine, mais j’aurais espéré un peu plus de soutien de la part de l’équipe dans les derniers kilomètres. On était tout de même encore cinq et il n’y en a que deux qui ont travaillé. C’est dommage mais c’est comme ça.»

Quant à ces trois jours en Corse, Philippe estimait que c’était une belle expérience. «Je pense qu’on a vu un beau spectacle jusqu’à présent, disait-il. Il y a eu des offensives, de l’action, c’est un début de Tour assez attrayant. Quant au transfert, il se fait par avion, une cinquantaine de minutes de vol. Mais le temps d’embarquer, cela prend un peu de temps on sera donc assez tard à l’hôtel, mais c’est la même chose pour tout le monde et on sera donc tous fatigués pour l’étape de ce mardi.»

D.M.

 

Nos dernières videos