La poésie de Rose Marie prend vie sur la soie de Kate

Rien ne prédisposait a priori Cathérine Standaert, la « Kate » qui se cache derrière la griffe d’accessoires Kate & Jules à collaborer avec l’artiste plasticienne Rose Marie Warzée.

Et pourtant, depuis quelques semaines, les œuvres de la seconde prennent vie sur les foulards en crêpe de Chine de la première. Une vraie rencontre entre deux femmes, deux créatrices qui ont l’audace d’entreprendre. « Je connaissais Kate à travers sa marque, j’aimais ce qu’elle faisait mais on ne se connaissait pas personnellement, raconte Rose Marie Warzée. Il y a 25 ans de cela j’avais déjà peint des foulards sur soie et j’ai eu envie d’en refaire parce que c’est un accessoire que j’adore mais à chaque fois que j’en cherche, je ne suis pas satisfaite de ce que je trouve. Ce n’est pas la bonne matière, les couleurs dont j’ai envie… Du coup j’ai cherché le moyen de réaliser mes propres foulards sans pour autant retomber dans le travail de la peinture sur la soie. Et c’est là que j’ai rencontré Kate. »

Au départ, c’est une photo de la table de travail de Rose Marie, maculée de tâches de peintures multicolores qui devait se retrouver imprimée sur les foulards. Mais en visitant l’atelier de Rose Marie, Kate découvre toutes ses autres toiles et ne peut se résoudre à ne créer qu’un seul foulard tant le travail de l’artiste inspire la créatrice. «J’ai été séduite par son approche des couleurs, leur richesse et leur profondeur et son travail sur la texture. Transposée sur la soie, la toile se transforme et prend vie.»

Les deux complices s’accordent finalement sur trois toiles, dans trois tonalités bien différentes et optent pour une qualité de textile optimale. «On a essayé de trouver quelque chose d’un peu original par rapport à ce qui était déjà sur le marché, précise Rose Marie Warzée. Donc on a décidé le crêpe de Chine qui est une top qualité 100 % soie mais sans l’aspect brillant habituel de la soie et Kate a eu l’idée d’une finition en gros-grain de différentes couleurs ce qui permet, à partir de la même toile, de proposer des foulards différents.»

Et pour que l’impression soit plus vraie que nature, Kate a choisi un atelier en Italie. «C’était très important de miser sur un travail très soigné, insiste Cathérine Standaert. Quand on décide de transposer sur un textile une toile comme celles de Rose Marie dans lesquelles on retrouve beaucoup de nuances, de textures… Il faut absolument que l’impression soit parfaite pour que les couleurs tiennent et que la toile prenne vie. Un soin particulier a aussi été apporté aux finitions. »

Le joyeux mariage de deux univers

À les voir parler de leur aventure, on sent que ces deux-là se sont parfaitement entendues. «C’était sympa de mélanger nos deux mondes, de voir sa vision d’artiste et ma vision un peu plus pragmatique de la production. Et finalement ça a vraiment bien marché et les réactions sont bonnes.»

Et si le but était de s’amuser dans cette voie-là en créant une collection capsule, il semblerait qu’elles se soient prises au jeu puisque le duo proposera une seconde sélection inédite et limitée pour la fin de l’année. «Ce n’était vraiment pas le but mais comme le retour des clientes est vraiment positif, on a eu envie de transposer d’autres œuvres et de les tester sur d’autres matières, précise Rose Marie. Et puis, qui sait… Peut-être que chaque année, on aura envie d’en sortir trois nouveaux.»

Cet hiver, la collection capsule Kate & Jules X Rose Marie Warzée proposera quelque chose de différent. «On ne voulait pas faire un remake de l’été et on voulait coller à la saison, poursuit Cathérine Standaert. Du coup on a opté pour un mélange cachemire et soie, plus chaud, doux et enveloppant. Parfait pour l’hiver.»

Les hommes s’invitent dans l’aventure

La photo de la table de travail de l’artiste refait surface dans cette prochaine collection. «Quand j’avais vu les toiles de Rose Marie, j’avais tout de suite été intriguée par cette photo mais en y réfléchissant bien, je ne la trouvais pas idéale pour l’été. Les couleurs étaient un peu plus sombres et, pour l’été, on avait besoin de toiles plus lumineuses. Par contre, pour l’hiver, elle ira parfaitement.»

Et les hommes s’invitent dans l’aventure puisque, parmi les trois modèles proposés cet hiver, figurera une écharpe unisexe. «par le choix du tableau qui s’appuie sur un jeu de tâches, par les couleurs, la matière et la forme.»

Le duo s’est pris au jeu et leur belle histoire devrait se poursuivre encore un peu.

L’art en soie, collection capsule de Kate & Jules X Rose Marie Warzée. Trois motifs disponibles : «Éclat de pinceaux», carré 90 x 90 (140 €), «Bois de rose», 80 x 140 (150 €) et «Bleu estival», 80 x 140 (150 €). Liste des points de vente : www.kateandjules.be

Nos dernières videos