PEOPLE -

Gérard Depardieu veut « sept passeports dont celui de l'Algérie »

Gérard Depardieu veut « sept passeports dont celui de l'Algérie »

Gérard Depardieu devant sa poissonnerie du VIe arrondissement à Paris, ce samedi. Photo JDD.FR

Six mois jour pour jour après avoir annoncé vouloir rendre son passeport français, Gérard Depardieu s’explique.

«J’aime les Français, je ne suis pas parti. […] Je n’ai rien à cacher même si je suis expatrié. Enfin pas vraiment expatrié. On m’ a poussé», déclare l’acteur dans le JDD qui se veut «citoyen du monde et homme libre».

«Je ne suis pas un exilé fiscal, je ne fuis pas le fisc», précise Depardieu dans son interview. «

Gérard Depardieu se défend et explique ses activités d’acteurs et d’homme d’affaites en Russie, en France ou en Belgique. Il précise ce qu’il paie comme impôts dans chaque pays.

+ L'Avenir vous révélait il y a quelques semaines les projets de Depardieu à Tournai

«Je ne suis ni de gauche, ni de droite, je suis un homme vivant. Emerveillé par ce qui l’entoure», dit encore Gérard Depardieu qui rêve «de posséder sept passeports, dont celui de l’Algérie».

Il souligne par ailleurs que le président Vladimir Poutine "a fait beaucoup de choses pour la culture", Depardieu a éludé la question des deux Pussy Riot, incarcérées en Russie, préférant répondre sur les Femen emprisonnées en Tunisie, affirmant "qu'elle ne vont pas rester en prison. Il y a des avocats, ça va s'arranger". "Ce sont des féministes courageuses qui assument leurs actes. Elles se sont mises à poil. Il y a eu des condamnations mais elles n'ont tué personne", a dit l'acteur.

Le droit à l'ivresse

Il revendique aussi le "droit aux excès". "Je crois que je correspond à une image que les Français aiment, celle de quelqu'un de rebelle, qui bouscule les choses, qui est parfois ivre. C'est un peu cet esprit hooligan qui plaît à Poutine", a-t-il assuré. Il a affirmé être "surtout un homme qui n'a pas vieilli et qui a la tête sur les épaules. Ivre parfois, mais mon ivresse fait partie de ma démesure".

Jugé en mai dernier, en son absence, pour conduite de son scooter en état d'ivresse, l'acteur connaîtra le 21 juin la décision du Tribunal correctionnel de Paris. Le Parquet a requis contre Depardieu 4.000 euros d'amende et une suspension de permis de dix mois. La star est également passible d'une peine théorique pouvant aller jusqu'à deux ans de prison pour avoir été contrôlé avec une alcoolémie d'1,8 g par litre de sang (le taux autorisé en France est de 0,5 g).

Une opération communication de l'acteur accueillie avec humeur par les twittos

 

 

 

Nos dernières videos