CYCLISME

Tim Wellens, grimpeur d’avenir

Tim Wellens, grimpeur d’avenir

Tim Wellens a du talent, c'est certain. Mais il faut encore polir le diamant pour la montagne. Reporters

Passé pro l’été dernier, Tim Wellens a toujours été présenté comme un grand espoir, lui qui a été champion de Belgique de VTT chez les débutants, a remporté la Classique des Alpes chez les juniors et aurait dû remporter le Tour de Toscane chez les espoirs si une crevaison n’avait pas ruiné ses espoirs dans le final.

Mais après moins d’un an dans le peloton professionnel, il confirme de plus en plus. Sur les routes très accidentées du Critérium du Dauphiné, il a révélé ses qualités de grimpeur au grand public. En attaquant avec brio sur trois des sept étapes en ligne, et surtout en caressant le rêve de remporter une victoire, dimanche, quand il a été un des derniers à résister. Membre de l’échappée matinale de 24 éléments, il a attaqué au pied de la dernière ascension, menant vers Risoul, pour n’être repris par De Marchi et les gros bras qu’à quatre kilomètres de l’arrivée.

«J’avais remarqué que les autres (les derniers dans le coup, soit De Marchi, mais aussi Meyer, Losada et Quinziato) se regardaient et j’ai décidé de conserver mon rythme, raconte le coureur de Lotto-Blisol. Je me suis alors retrouvé à l’avant et, oui, j’ai espéré pouvoir gagner.»

S’il n’y est pas parvenu, son coup de pédale a séduit les spécialistes, confirmant ses 5es places dans une étape du Tour de Pékin et dans une autre du Tour Down Under, sans oublier sa 34e position sur le Tour de Lombardie, pour sa première participation, soit une belle indication de son moteur.

Il est encore jeune

«Tim est vraiment très talentueux, confirme Marc Sergeant, le manager des Lotto-Belisol. Mais il est encore très jeune et, comme il veut toujours courir, notre devoir est de le protéger.»

Prévu cette année sur le Giro, il avait dû déclarer forfait en raison d’une douleur au genou. Mais il s’est bien relancé.

«Je suis vraiment très satisfait de mon Dauphiné, qui s’est déroulé mieux que prévu, continue Tim Wellens. Tout comme, dans l’ensemble, de mes débuts chez les pros. Je ne m’attendais pas à faire aussi bien et je me suis vraiment rassuré. Maintenant, j’espère obtenir un bon résultat au Championnat de Belgique.»

« Je rêve de découvrirle Tour de France »

Sur un tracé qui lui conviendra, lui qui rêve des Ardennaises. «Les classiques wallonnes sont vraiment les courses qui me motivent, continue ce Limbourgeois qui a évolué, chez les jeunes, en Wallonie, au Team Cycliste Hesbaye, avec son frère Yannick. Même si, comme tous les coureurs, je rêve de découvrir un jour le Tour de France.»

Cela ne devrait pas être pour cette année pour Tim Wellens, issu d’une famille cycliste (il est le fils de l’ancien pro Léo Wellens et le neveu de Paul Wellens, lauréat du Tour de Suisse et d’une étape du Tour de France en 1978), mais, derrière les Van Den Broeck, De Gendt, Monfort ou De Clercq, la Belgique compte un nouveau coureur d’avenir pour les Grands Tours.