Plutôt que de mettre à disposition des voitures de société, les entreprises peuvent choisir de donner à leurs employés des vélos de société.

De plus en plus d’entreprises mettent des vélos à la disposition de leurs collaborateurs pour remplacer la voiture de société ou les associer aux transports en commun. Et rouler à vélo n’est pas seulement bon pour l’environnement, la santé et le moral. C’est aussi bon pour les finances!

Premièrement, c’est moins cher que la voiture. Pas de carburant, de taxe de circulation, d’assurance auto ou d’amendes de stationnement.

Ensuite, c’est fiscalement attrayant. Le code de l’impôt sur le revenu déclare que l’utilisation de vélos dits «de société» fait partie des avantages sociaux exemptés d’impôt pour l’employé, depuis 2009.

À condition bien sûr que le vélo soit utilisé pour faire le trajet vers et venant du lieu de travail. Par ailleurs, il est possible d’employer le vélo pour ses besoins personnels en dehors du travail.

Exemption est cumulable

Pour encourager davantage l’utilisation du vélo, l’employeur peut octroyer à ses employés – ou à lui-même – une indemnité de bicyclette non imposable jusqu’à concurrence de 0,22€ par kilomètre réellement parcouru vers et du lieu de travail. Cette indemnité est totalement déductible. Elle est non taxable et dédommage l’achat de vêtements et matériel adaptés pour venir travailler en vélo. Mais cela reste valable même dans le cas où l’employeur fournit lui-même l’équipement, ce qui double l’avantage.

Pour les employeurs encourageants

Si l’entreprise encourage l’utilisation du vélo, ses frais font partie d’un régime de déduction des frais accrue de 120 %. Cette généreuse réglementation concerne les coûts d’achat, de maintenance et de réparation des vélos et accessoires (casques, cadenas, veste fluorescente…), mais aussi l’achat ou la construction d’abris à vélo, de vestiaires et de douches. Enfin, précisons que les vélos doivent être amortis de manière constante sur trois ans.

Pouvoir prouver que ça roule !

Enfin, pour profiter des avantages fiscaux, il faut bien sûr pouvoir prouver que les vélos ont été utilisés pour se rendre sur le lieu de travail, au moins de manière occasionnelle. Si un contrôleur fiscal en doute, il faudra lui montrer l’usure normale des vélos, des photos, voire même l’inviter à accompagner les employés un matin sur le chemin du boulot!

biketowork.be, provelo.be, gracq.be