Tabac : les dentistes montent au front

Tabac : les dentistes montent au front

Le tabac colore les dents, augmente le nombre de caries et le risque de déchaussement des dents.

Comugnero Silvana – Fotolia

Couleur des dents, mauvaise haleine, dégradation des gencives, risque de cancer… La cigarette fait aussi des dégâts en bouche.

Pour la 1re fois, les dentistes s’associent au Plan wallon sans tabac.

Ils sont en première ligne pour dépister des problèmes de santé liés au tabagisme. Pour la première fois, les dentistes sont associés au Plan wallon sans tabac et se mobilisent, à côté des pneumologues, tabacologues et autres professionnels de la santé, dans le cadre de la Journée mondiale sans tabac organisée vendredi.

Michel Devriese, vous présidez la Société de médecine dentaire, pourquoi est-il important que les dentistes s’associent à la lutte contre le tabagisme ?

Le tabac fait partie de notre préoccupation quotidienne. Le dentiste est un praticien de première ligne qui voit énormément de patients, dont de nombreux jeunes. Beaucoup de personnes en bonne santé ou qui se croient en bonne santé ne vont jamais chez le médecin. Par contre, ils vont chaque année chez le dentiste. La fumée de cigarette rentre dans le corps par la bouche et c’est souvent au niveau de la bouche que l’on voit les premiers effets du tabac. Le dentiste se retrouve donc en première ligne pour dépister des problèmes de santé liés au tabac.

Quels sont les principaux effets du tabagisme sur la santé dentaire ?

Les couches profondes de la dent change de couleur et des colorations peuvent apparaître sur les dents. Des problèmes de mauvaise haleine et de dégradations des gencives sont liés au tabac. Le risque de déchaussement est bien plus important chez un fumeur. Le tabac augmente le nombre de caries. Toutes les interventions dentaires rencontrent davantage de complications chez un fumeur au point qu’il est contre-indiqué, par exemple, de poser un implant. D’une manière générale, les traitements sont moins efficaces. Le tabagisme augmente aussi le risque de cancer dans la bouche.

Le dentiste intervient-il aussi dans la détection des cancers de la bouche ?

Les lésions précancéreuses se manifestent sous forme de changement de teinte de la gencive, de taches blanches apparaissant au niveau de la gencive. Les dentistes sont formés pour effectuer ce dépistage précoce très important. Lorsqu’on va chez le dentiste, on ne s’en rend pas compte, mais il examine la gencive, les dents, les joues et la langue. Pour l’aider à détecter des lésions qu’il ne voit pas tous les jours, nous avons mis en ligne sur notre site (www.dentistes.be) un programme de formation continue. Il est nécessaire qu’il puisse revoir régulièrement des images de ces lésions pouvoir les identifier.

Quelles actions avez-vous prévu dans le cadre de la Journée mondiale sans tabac ?

Un dépliant évoquant les effets du tabac pour la santé sera à disposition des patients dans les cabinets dentaires, dans les hôpitaux, les maisons médicales, etc.

Outre la prévention, le dentiste peut aussi jouer un rôle auprès du patient pour l’aider à arrêter de fumer. Le dentiste ne prend pas en charge l’accompagnement du fumeur qui veut arrêter, mais il peut l’informer sur les tabacologues de la région ou lui donner des pistes pour trouver de l’aide.

Par ailleurs, une conférence « Dentistes et tabac » tourne dans toutes les provinces wallonnes et à Bruxelles pour sensibiliser les praticiens.

Des actions spécifiques sont -elles prévues pour sensibiliser les jeunes ?

Nous menons une campagne d’information sur la santé dentaire (souriez.be) par le biais d’un feuillet distribué dans les écoles et via la médecine scolaire.

Sur le thème de l’humour et de l’estime de soi, on veut sensibiliser les jeunes à ne pas commencer à fumer avec un slogan choc : « la bouche et le tabac, ce n’est pas une grande histoire d’amour. » ¦