« Une victoire extrêmement importante »

Nadal a perdu pour la première fois de sa carrière le premier set d’un 1er tour en Grand Chelem.

AFPAssociated Press/Reporters

Rafael Nadal est passé par toutes les couleurs contre l’Allemand Brands lors de son entrée en matière, hier. Mais il a émergé.

Il n’avait perdu que 14 sets en 53 matches à Roland-Garros. Il faut désormais actualiser les statistiques : c’est 15 en 54 (53 victoires, 1 défaite, contre Soderling en 2009). Voilà, au final, le principal constat du 1er tour de Rafael Nadal, néanmoins passé très près de la correctionnelle face à l’Allemand Daniel Brands (ATP 59). Gros cogneur, le Teuton a frappé sur… tout ce qui bouge pour malmener le N.4 mondial (tête de série N.3), tout de même vainqueur 4-6, 7-6 (7/4), 6-4, 6-3, lundi.

«Il a joué de manière incroyable, surtout au début, expliquera le Majorquin qui ne fera donc pas comme en 2008 et 2010, où il avait gagné le tournoi sans perdre un set. Il était visiblement monté sur le terrain avec l’intention de frapper chaque balle aussi fort qu’il le pouvait. Comme ça marchait, il était en confiance. Un cercle vicieux… Il dictait le jeu. Respect. Franchement, quand il joue comme ça, il vaut bien mieux que son classement mondial. Mené 0-3 dans le tie-break du 2e set, j’ai heureusement pu égaliser à un set partout. Car si vous êtes menés 2-0 contre un tel joueur, les problèmes ne sont pas loin….».

Sans jamais survoler les débats, le septuple vainqueur parisien assura ensuite l’essentiel.

« Tout le monde sait quelles sont mes intentions ici. Il faut parfois lutter et souffrir pour obtenir ce que l’on veut et ce fut le cas. J’ai eu la chance d’avoir les capacités et les ressources pour réagir. Sur ce plan-là aussi, c’est une victoire extrêmement importante pour moi».

C’est que l’Espagnol revient de loin : sept mois sans jouer avant son retour en février pour cause de soucis au genou.

« Loin des courts pendant une aussi longue période, j’ai douté. Revenir ici, était presque inespéré il y a quelques mois encore. C’est pourquoi je goûte particulièrement chaque instant depuis février (huit tournois et… six titres, dont Madrid et Rome récemment!). J’espère que ce qui s’est passé est bel et bien derrière moi».

Bénéficiant de l’abandon de l’Américain Michael Russell (ischios), c’est le Slovaque Martin Klizan (ATP 35) qui attend Nadal au 2e tour.