DOPAGE

Di Luca encore positif à l’EPO

Di Luca encore positif à l’EPO

Récidiviste, Di Luca, 37 ans, risque bien de quitter définitivement les pelotons.

AFP

Danilo Di Luca, 37 ans, est un infâme récidiviste, qui n’a toujours pas compris que se doper à l’EPO ne permet plus de passer au travers des mailles du filet.

Il a de la sorte fait l’objet d’un contrôle antidopage positif à l’EPO avant le départ du Giro, le 29 avril, et a été suspendu provisoirement.

Il s’agit d’une deuxième infraction pour Di Luca, qui avait déjà été contrôlé positif à l’EPO lors du Giro 2009. Et pour cette récidive, il risque cette fois d’être suspendu à vie. L’Italien, sans contrat en début de saison, avait signé en avril avec l’équipe Vini Fantini (2e division). Il n’avait que deux jours de course avant le départ du Giro, dans lequel il s’est mis à plusieurs reprises en évidence, notamment dans le contre-la-montre en côte de Polsa qu’il a terminé jeudi à la 10e place.

Le coureur des Abruzzes, vainqueur du Giro en 2007, avait été contrôlé positif à deux reprises à la Cera, une EPO de troisième génération, pendant le Giro 2009 dont il avait pris la 2e place derrière Denis Menchov. Après avoir nié dans un premier temps, Di Luca avait ensuite collaboré et avait obtenu une remise de peine, passée de deux ans à quinze mois de suspension.

Auparavant, le coureur, l’un des «golden boy» du cyclisme italien à ses débuts professionnels en 1998, avait déjà eu maille à partir avec les autorités antidopage.

En avril 2008, Di Luca, contre qui le procureur antidopage avait requis deux ans de suspension, avait été acquitté en dernière instance par le Comité olympique italien (Coni), faute de preuves suffisamment fondées après un contrôle «anormal» lors de son Giro victorieux en 2007.

Auparavant, Di Luca avait été suspendu trois mois pour son implication dans l’affaire «Oil for drug» et avait dû renoncer au Championnat du monde 2007 à Stuttgart. Il avait été sanctionné pour avoir entretenu des relations avec le Dr Santuccione, son médecin de famille qui était aussi le personnage-clé de cette affaire de dopage datant de 2004.